Paris maintient la cadence

Equipe première

/media/55167/score-l1-6.jpg

Les faits marquants à la loupe :
Dans cette affiche, ce sont d’abord les Dogues qui se montrent les plus mordants. Navas doit rapidement s’employer d’une manchette, pour détourner une frappe en pivot signée Xeka (2e). Les Nordistes restent décidément menaçants, en témoigne cette tête d’André, qui fuit le cadre (10e). Il aura donc fallu un quart d’heure au onze parisien pour prendre la mesure du dispositif lillois, organisé en 3-5-2, avant de trouver l’ouverture. Comme souvent, c’est Icardi qui a la clé, puisque démarqué au second poteau, le goleador rôde pour inscrire son 10e but sous le maillot parisien, sur un service au cordeau de Gueye (1-0, 17e) ! Mauro vient de signer sa 6e réalisation en championnat sur son… 10e tir cadré en L1, et la fièvre argentine se prolonge, Di Maria, décalé côté droit par Draxler, mystifiant Maignan d’un plat du pied téléguidé (2-0, 31e) ! C’est clinique, mathématique : dans les 30 derniers mètres, les Rouge et Bleu sont reçus (presque) 5/5. Le LOSC n’avait jusque là encaissé que 2 petits buts en première période en L1, mais en 45 minutes, le Paris Saint-Germain a déjà doublé le quota (2 buts inscrits sur 5 tentatives).

/media/55165/papier-joie-icardi.jpg

Après le repos, sous une pluie battante, la défense nordiste manque de prendre l’eau une nouvelle fois, mais Draxler, mis sur orbite par l’inévitable Di Maria, ne cadre pas (55e). A l’opposé du terrain, Araujo en solo oblige lui Navas à se détendre (58e). Entré en jeu à la place de Neymar Jr (64e), Mbappé se distingue d’entrée, tout en percussion, mais Maignan boxe au premier poteau (67e). Lille reste donc en sursis, en embuscade aussi, mais Rémy (76e) ou encore Yacizi d’une frappe flottante (82e) ne prennent pas Navas à revers. Draxler, une nouvelle fois entreprenant, heurte lui la base du montant de Maignan (84e), qui verra un ballon piqué de Cavani raser sa transversale (90e). Sans trembler, Paris continue de semer les succès (le 11e en L1)… et ses concurrents.

Un Parisien dans le match : Idrissa Gueye
Le ratisseur a soigné les retrouvailles. Opposé au club qui l’a révélé dans l’Hexagone, Idrissa Gueye s’est rappelé aux bons souvenirs du LOSC. Comme toujours, son volume de jeu XXL a cassé les offensives adversaires (83 ballons joués, 13 gagnés), mais en prime le « soldat Gana » a ajouté une arme dans sa panoplie, en délivrant sa première passe décisive en L1 cette saison, à destination d’Icardi. Un match complet, à l’image du personnage.

/media/55166/papier-1.jpg

Le mot : Marge
Le matelas s’épaissit pour Paris. En signant leur 6e succès en 7 réceptions de L1 (le 6e sans encaisser le moindre but au passage), les Champions de France ont accentué provisoirement leur avance. Ce soir, le club de la capitale devance son actuel dauphin (l’OM) de 11 longueurs. Confortable.

Dans le viseur : 
Après un parfum européen palpable au Parc ce soir, place au comeback de l’UEFA Champions League. Dès mardi (21h), les Rouge et Bleu défieront le Real Madrid, à l’occasion du choc de cette 5e journée du groupe A. Au Santiago-Bernabéu, les Parisiens entendront confirmer leur prestation du match aller (3-0), mais surtout entériner leur pole position dans cette poule (le Real est 2e, à 5 longueurs). Après 4 succès enregistrés et une cage toujours inviolée dans cette campagne, Paris visera un nouveau succès de prestige face aux Merengues. Oui, vivement mardi !