Teddy Riner : « Pas le droit de décevoir à Paris »

Sept ans que le public français attend ça : le décuple champion de monde Teddy Riner (+100kg) est de retour ce dimanche sur les tatamis de l’AccorHotels Arena, à l’occasion du Grand Chelem de Paris. Six fois vainqueur de l’épreuve, le Parisien compte avant tout enchaîner les combats face à de potentiels adversaires des prochains Jeux de Tokyo, et ainsi soigner son classement mondial.

Une chose est sûre : les murs vont trembler ce dimanche du côté de l’AccorHotels Arena, dès lors que l’intimidante silhouette de Teddy Riner fera son apparition sur l’une des cinq surfaces de combat du Grand Chelem de Paris. Voir le champion français en action en France – certainement l’une des premières occasions pour les plus jeunes – est en effet une opportunité rare puisque sa dernière apparition remonte à février 2013. Une éternité qui fait sourire le combattant du PSG Judo, conscient de ce qui l’attend. « Retrouver le public français, ça fait peur ! Parce que tu ne peux pas le décevoir… (rires) Bien sûr, ça va me faire plaisir de le retrouver, de revivre ce genre de sensations. Il s’agira d’un bon exercice avant les Jeux olympiques, en termes de pression, de chaudron, de salle bondée. »

Teddy Riner (janvier 2020) 2

Des retrouvailles qui s’inscrivent parfaitement dans le programme préolympique du Guadeloupéen, qui devrait ensuite s’aligner sur le Grand Prix de Rabat (6-8 mars) avant une dernière sortie entre mai et juin. « Par rapport à Montréal et Brasilia, je me sens beaucoup mieux, j’ai bien progressé sur tous les plans : judo, préparation physique, et surtout dans la tête. On verra ce que ça va donner dimanche, mais je suis vraiment dans un bon état d’esprit. Je prends vraiment cette compétition comme un tournoi de préparation, pour empocher des points et un maximum d’informations. Tout en en donnant le moins possible sur moi, afin que personne ne trouve de solution face à moi à Tokyo. » Du côté de l’opposition, si les trois premiers au classement mondial – le Tchèque Krpalek, le Japonais Harasawa et le Géorgien Tushishvili – ne seront pas de la partie, tous les autres membres du top 20 planétaire seront bien là. Avec un seul leitmotiv dans la tête de Riner : « Trouver des solutions et marquer coûte que coûte ippon ».

Teddy Riner (janvier 2020) 1

Une septième victoire sur l’épreuve parisienne – troisième en 2007, il a remporté les six éditions suivantes – serait-elle donc anecdotique ? « Il ne faut pas se tromper d’objectif, le plus important n’est pas de rester invaincu, mais vraiment d’aller chercher ce troisième titre olympique au Japon, répond le double champion olympique. Le compte à rebours a commencé, chaque entraînement est important, comme si je mettais à chaque fois 1% dans la balance en vue de cette médaille d’or olympique. Paris tombe à pic dans ce timing, mais c’est une construction de tous les jours. Je sais ce que je veux, je le vois, j’en rêve, j’en cauchemarde même, en espérant que le jour J, elle sera de mon côté. »