Du bronze et le sourire pour Marie-Ève Gahié

Si la championne qu’elle est aurait assurément préféré finir avec l’or européen autour du cou, Marie-Ève Gahié pourra apprécier le fait de ne pas avoir abdiqué après sa demi-finale perdue. Une médaille – la deuxième en bronze après 2017 – sur laquelle s’appuyer pour l’année olympique à venir.

À voir Marie-Ève Gahié se débarrasser facilement de la Croate Barbara Matic, médaillée d’or fin octobre au Grand Chelem de Budapest… en battant la Parisienne ce jour-là, pour son premier combat de la journée, la voie semblait grande ouverte pour une finale franco-française, à disputer contre Margaux Pinot, tenante du titre et à ses côtés sur le podium mondial 2019 à Tokyo. Malheureusement, Marie-Ève se laissait surprendre en demie par un fort mouvement d’épaule de la très dangereuse Néerlandaise Sanne Van Dijke, cinquième mondiale et bête noire attitrée de la Française qui, bien que n° 1 mondiale, ne l’a plus battue depuis 2018 (photo ci-dessous).

Marie-Ève Gahié (novembre 2020) 2

« Franchement, c’était une belle journée, hormis sur ce mouvement où elle reste un peu plantée et laisse la fille passer en dessous sans réagir, analysait Laurent Calléja, entraîneur du groupe élite du PSG Judo. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé dans sa tête… C’est dommage parce qu’elle avait très bien pris la Croate et remis les pendules à l’heure avec elle. Elle a mis des choses en place sur les gauchères, on a bien travaillé ça à l’entraînement, et elle a encore montré des progrès dans ses enchaînements au sol. Elle monte sur la boîte et c’est important aussi parce qu’elle ne l’avait plus fait depuis 2017 aux Europe. Mais elle laisse s’installer Margaux Pinot. Je pense qu’elle a encore un peu d’avance sur elle parce qu’elle est plus forte contre les Asiatiques, mais elle n’a plus de marge. La concurrence va l’obliger à réagir et si c’est elle aux Jeux, elle n’en sera que plus forte. »

Marie-Ève Gahié (novembre 2020) 1

En effet, même si Marie-Ève Gahié emportait facilement le bronze après la pause, sa compatriote et rivale allait, de son côté, jusqu’en finale de ces championnats d’Europe où, comme en finale de l’édition 2019, elle dominait Van Dijke sur un impressionnant mouvement d’épaule. « La concurrence fait partie du jeu, et c’est ce qui fait que nos victoires sont belles, réagissait Marie-Ève Gahié à sa descente du podium tchèque. Vu l’année particulière que l’on vient de traverser, il ne faut pas non plus oublier que nous avons la chance de pouvoir faire du judo et de combattre en compétition. Je suis donc vraiment contente de rapporter cette médaille à la maison, après être restée concentrée jusqu’au bout, sans m’énerver contre les profils qui ne me conviennent pas forcément. J’ai respecté ces deux consignes et j’en suis vraiment satisfaite. »

Au tour de Romane Dicko (+78kg) d’entrer en piste ce samedi, à partir de 10 heures. Parcours à suivre en direct sur les réseaux sociaux du club.