Adama Keita : « exigeant avec moi-même »

Cette saison, l’ailier gauche du Paris Saint-Germain Handball, Adama Keita, gagne beaucoup de temps de jeu. Une situation qui lui plaît, comme il nous l’a confirmé. Le joueur de 24 ans a également parlé de l’EHF Champions League.

Psg.fr : La semaine dernière, vous avez ramené un point de Flensbourg (27-27). Qu’as-tu pensé de cette rencontre ?
Adama Keita : C’était un choc ! On savait que ce serait difficile d’aller gagner là-bas. L’année dernière, nous avons même perdu. On s’attendait à un gros combat, ça a été le cas. On a eu de bonnes périodes, d’autres qui l’étaient moins. Je pense que c’est un bon résultat et j’espère qu’on pourra les battre au retour.

Le bilan est d’une défaite, un nul et une victoire. Qu’en penses-tu ?
Il est mitigé, mais c'est le groupe de la mort ! On aurait pu faire mieux, notamment à Veszprém (34-31). Mais ce n’est pas évident, Barcelone a aussi perdu là-bas. C’est aussi positif parce qu’on s’est battu pour aller chercher des points. Les deux premières places du groupe nous permettraient de ne pas disputer les huitièmes de finale et d’avoir un peu plus de repos. Mais comme on l’a vu les saisons précédentes, ce n’est pas forcément l’équipe qui termine en tête qui finalement s’impose. Ce n’est pas un billet pour le Final4. Si on peut finir aux premières places, on ne s’en privera pas. Sinon, on fera le maximum pour se qualifier autrement. 

Il y a aussi un mois d’octobre chargé, avec deux déplacements à Barcelone et Kielce…
Il faudra prendre le maximum de points sur ces matches. Ce sera de grosses parties ! A nous d’êtres prêts. La phase de poules est longue, donc on aura la possibilité de grimper encore au classement. Mais il faut le faire le plus rapidement possible.

Jeudi, vous affrontez Zaporozhye à Coubertin. Comment abordes-tu cette rencontre ?
Comme un match de Ligue des Champions ! Surtout à la maison, où nous sommes encore plus motivés. Le retour de notre public nous apporte un vrai plus. On se sent comme à la maison. A l’extérieur, c’est différent car nous ne sommes qu’un petit groupe face à des milliers de personnes. Concernant le match, Zaporozhye monte en puissance depuis plusieurs saisons, à nous d’être vigilants.

View this post on Instagram

A post shared by Adama Keita (@adama_keita9)

Cette saison, tu as plus de temps de jeu. Comment l’as-tu préparée ?
Avec les Jeux olympiques, les vacances ont été plus longues. Je m’étais entraîné avec un préparateur physique avant de rejoindre le groupe pour la reprise. Je pense que ça a payé. Je voulais être en forme ! Je me sens plus concerné par le projet. J’avais beaucoup de pression, parce que je voulais être très exigeant avec moi-même ! Aujourd’hui, tout se passe bien. J’espère que ça va continuer.

Tu partages le poste avec Mathieu Grébille. La concurrence est saine ?
Complètement ! On est dans le partage ! On se pousse l’un l’autre. Nous étions dans la même situation la saison passée. Le but de la concurrence est de se rendre meilleur.

Plusieurs joueurs vont partir cet été. Comment se passe la vie dans le collectif ?
On est tous là depuis un moment… L’ambiance est très bonne et on rigole beaucoup. C’est la dernière saison de plusieurs joueurs, donc je pense qu’on en profite encore plus. J’espère que ça va nous servir. C’est un avantage de jouer avec un groupe qui n’a pas changé et qui se connaît bien. On va tout faire pour atteindre nos objectifs et remporter la Ligue des Champions. Ce n’est pas facile. Si pour la dernière année de plusieurs de nos coéquipiers, on pouvait y arriver, ça nous ferait beaucoup de bien !

Retrouvez la première partie de notre interview avec Adama Keita, en vidéo.

(Crédits : A.Gadoffre/TeamPics/PSG)