Sabrina Delannoy dresse le bilan des quarts

À l’occasion de la Coupe du Monde Féminine, qui se tient en France du 7 juin au 7 juillet, une chronique dédiée à la compétition est tenue par d’anciennes joueuses. Après Laure Boulleau et Nadia Benmokhtar, on retrouve une nouvelle fois Sabrina Delannoy. Retour sur les quarts de finale des Parisiennes et en particulier celui des Françaises.

France – États-Unis

« Il y avait une ambiance exceptionnelle au Parc des Princes et tout le stade était vraiment avec les filles. Je pense même que les téléspectateurs y croyaient aussi. Malheureusement, ça n’aura pas suffi. C’est vrai qu’on a tous ce sentiment de déception, à la fois évidemment pour l’équipe de France, mais aussi pour les joueuses qu’on a vu très affectées après cette défaite. On a quand même pu compter sur Kadi (Diani) qui a été en grande forme sur ce Mondial. Puis on a aussi une petite pensée pour Ève (Périsset) et Grace (Geyoro) qui ont connu leur première Coupe du Monde. Malgré tout, elles ont vécu des moments exceptionnels ! Voir les stades remplis, les supporters qui étaient à fond derrière elles. J’espère qu’elles se serviront de cette expérience pour grandir et on les retrouvera dans quatre ans pour le prochain Mondial. »

Suède – Allemagne

« La Suède d’Hanna (Glas) a créé la plus grande surprise de cette Coupe du Monde. L’Allemagne et Sara Däbritz sont donc sorties de ce Mondial et passent à côté d’une qualification pour les Jeux Olympiques, un gros coup dur. La Suède réalise cet exploit et on les retrouvera face aux Pays-Bas en demi-finale. Honnêtement, les Suédoises ont de bons atouts, de bonnes armes pour au moins faire douter les Néerlandaises, championnes d’Europe en titre. Dans tous les cas, Hanna Glas est en train de vivre des émotions très fortes. Je lui souhaite d’aller au bout et de décrocher le titre mondial. »