Mauro Icardi : «Je veux marquer l'histoire du Paris Saint-Germain»

Interview

Deuxième partie de l’entretien de Mauro Icardi pour PSG.FR. L’occasion pour le goleador argentin de se confier sur le développement et l’évolution de son jeu au cours de sa carrière.

À 26 ans, tu as déjà parcouru de nombreux pays. Qu’as-tu appris de ces expériences ?
« À Barcelone j'ai beaucoup appris sur le côté tactique et technique. Car la philosophie de jeu est très forte. Ça m'a aidé en Italie pour m'adapter et comprendre le jeu. Pareil pour les déplacements sur le terrain, car en Italie, ils n'étaient pas habitués aux mouvements que je pouvais faire. Tout ça a développé mon intelligence de jeu sur le terrain. La tactique et l'impact physique ont aussi construit le joueur que je suis aujourd'hui. »

Tu es le joueur le plus rapide dans l’histoire du club à avoir inscrit 10 buts, devant Zlatan Ibrahimovic. Qu’est ce que cela te fait d’entrer aussi rapidement dans l’histoire du club ?
« Je ne le savais pas ! C'est une fierté de réaliser ce genre de choses et de marquer l'histoire d'une équipe comme le PSG. J'essaye d'être toujours préparé et d'être toujours une option pour mes coéquipiers avec mes mouvements et mes déplacements. Qu’ils puissent avoir l'occasion de servir un joueur libre. Après, dans la surface l’attaquant doit mettre des buts. Je suis toujours prêt et concentré pour enchaîner le plus rapidement possible dès que je reçois le ballon. »

/media/64694/diapo-gsk-34-joie.jpg

Comment expliques-tu cette adaptation aussi rapide avec tes coéquipiers sur le terrain ?
« Nous avons une équipe avec beaucoup de joueurs de très grande qualité. L’équipe a souvent la possession du ballon et moi, en tant qu'attaquant de pointe, j'essaye de déclencher du pressing. Je me démarque aussi pour ouvrir des espaces. Les équipes adverses nous attendent très regroupées dans leur surface. C’est pour ça que j’aide au maximum mes coéquipiers avec ou sans le ballon en créant des espaces. Ça aide l'équipe à marquer des butsC'est ça le jeu d'équipe. »

Pour conclure, que conseillerais-tu aux jeunes qui rêvent de devenir un grand attaquant ?
« Il est très difficile d'atteindre le haut niveau. Le conseil que je donne toujours aux enfants c'est de travailler, prendre plaisir en jouant au football. Et si un jour ils ont la possibilité d'atteindre le haut niveau, ils devront être constants, professionnels et devenir des joueurs et des personnes responsables. »