Ferran Solé Sala : « il ne faut rien lâcher »

Le Paris Saint-Germain Handball et Ferran Solé Sala ont l’occasion de faire une belle opération en Lidl StarLigue, dimanche après-midi, en cas de victoire face à Nantes, à l’occasion de la 24ème journée. L’international espagnol s’est exprimé sur ce choc mais s’est également confié sur l’EHF Champions League et sa situation personnelle.

Dimanche, vous affrontez Nantes. C’est l’occasion de faire un nouveau pas vers le titre ?
Oui, même si rien ne serait officiel, on ferait une belle opération. On doit gagner ce match, car nous sommes dans une bonne dynamique et il ne faut rien lâcher. C’est l’un des derniers chocs de la saison en championnat. Pour être prêt pour l’EHF Champions League et notre quart de finale contre Kiel, il faut que l’on joue toutes nos rencontres comme des finales.

Justement, tu es satisfait de votre prestation en huitième contre Celje ?
Ce n’était pas facile, car quand on est favori, on peut se mettre en danger en début de match. Mais dès l'entame de l'aller, nous avons creusé un bon écart. On a bien commencé et ça nous a permis de nous mettre dans de bonnes conditions pour le retour. On doit rééditer cette performance.

Que t’inspire votre prochain adversaire, Kiel ?
D’abord, du respect. Ils viennent de remporter le dernier Final4. Je suis sûr que ce sera difficile. Ça ne se jouera pas sur un match, comme au tour précédant. Il faudra que l’on soit prêt pour le combat.

Les deux sections professionnelles du football du Paris Saint-Germain se sont qualifiées pour les demi-finales de la Ligue des Champions. Ça rajoute une pression supplémentaire ?
Il y a toujours cette pression à Paris, car l’objectif est d’aller loin. C’est bien pour le Club d’avoir ces résultats. Ces performances nous boostent ! J’espère qu’on sera au Final4. On le mérite, on a travaillé toute la saison pour ça.

C’est ta première participation dans cette compétition. Qu’en penses-tu ?
J’aime beaucoup ! Le niveau est très bon. Il y a une atmosphère particulière autour de ces matches. J’aimerais retrouver l’ambiance du public pour cette compétition. J’espère que ce sera le cas la saison prochaine.

Comment te sens-tu à Paris ?
Très bien ! Je suis très content d’être là. C’est seulement dommage de ne pas pouvoir faire plus de choses dans la ville. Mais il faut l’accepter. Concernant l’équipe, je suis heureux d’en faire partie depuis le premier jour. Quand on arrive dans un club comme ça, on peut penser que l’adaptation est plus difficile. Mais c’est tout l’inverse ! Tout le monde fait le maximum pour nous mettre dans de bonnes conditions.

Tu es un excellent tireur de jets de 7m (12 cette saison en Lidl StarLigue). Comment appréhendes-tu cet exercice ?
Je me base sur mon expérience et sur les penalties que j’ai manqués quand j’ai tenté des tirs plus risqués ou trop faciles pour les gardiens. Quand j’échoue, j’essaie d’utiliser une autre manière. A l’inverse, quand je marque, je garde ma technique. Ça a toujours été comme ça.

A quel moment de l’action choisis-tu ton tir ?
Je ne sais pas trop… Il m'arrive de changer d’idée au dernier moment. Parfois ça marche, d’autres non… L’important est de marquer. J’essaie d’utiliser des tirs normaux, même si j’aimais bien le lob quand j'étais à Toulouse. Mais nous avions une pénalité quand le gardien attrapait le ballon sur les lobs, donc je suis passé au chabala (rires). Mais ce n’est pas pour chercher le Top buts, je veux juste gagner mon duel.

L’année prochaine, tu prépares quoi ?
On verra… C’est une surprise (rires).

Retrouvez la première partie de notre interview avec Ferran Solé Sala, en vidéo.

(Crédits : TeamPics/PSG)