Paris, machine à émotions

Equipe première

Éliminés en demi-finale de Champions League par Manchester City, les Parisiens ont procuré tout au long de la saison des émotions folles à leurs supporters. Retour sur le parcours des Rouge et Bleu sur la scène européenne, un chemin jonché de sensations fortes.

Privés de stade depuis bien trop longtemps, les supporters parisiens n'ont eu de cesse de soutenir leur équipe durant toute la campagne européenne. Soudés derrière leurs joueurs, les fans, à Paris et à travers le monde, ont crié sans cesse leur amour pour ces couleurs, les arborant fièrement en réponse à l'appel du CUP. Comme un symbole de la fierté qui uni tout un peuple.

Pourtant, Paris entame son parcours par un revers à domicile, face à Manchester United (1-2). Toujours groggy de son été mouvementé, avec une préparation tronquée, le Paris Saint-Germain redresse la barre sur la pelouse d'Istanbul Basaksehir, en s'imposant 2-0, grâce au doublé de Moise Kean. A Leipzig, pour clôturer une phase aller disputée sur trois semaines seulement, le club de la capitale s'incline 2-1, malgré l'ouverture du score précoce de Di Maria en terres allemandes. 

Dos au mur, nos joueurs doivent réagir, le spectre d'une élimination en phase de poules se dissipe lors de la phase retour, avec trois succès consécutifs, d'abord face à Leipzig au Parc (1-0), dans la douleur. Et surtout, à Manchester, dans le théâtre des rêves d'Old Trafford, où les Parisiens font basculer leur saison, avec une victoire 3-1 acquise d'une main de maître. Dans cette partie, à 20 minutes du terme, les deux équipes sont encore à égalité 1-1. Marquinhos redonne l'avantage aux siens, grâce au premier des ses trois buts qu'il inscrira dans la compétition.  Cette victoire permet aux Rouge et Bleu d'avoir leur destin entre leurs pieds, un destin qu'ils forcent face à Istanbul (5-1), au Parc des Princes une semaine plus tard, dans un contexte aussi singulier qu'exceptionnel.

Le FC Barcelone se dresse alors sur la route du club de la capitale. Une rivalité devenue historique participe aux attentes des supporters, et des joueurs eux-mêmes, pressés d'en découdre. Paris frappe fort au Camp Nou. Une victoire 4-1 avec un triplé estampillé Mbappé, permet d'entrevoir - déjà - les quarts de finale. Sûrs de leur force, les hommes de Mauricio Pochettino tiennent bon au retour, concédant le match nul 1-1, et valident le droit de rencontrer un autre ténor européen, le Bayern Munich.

Des retrouvailles après la dernière finale de la compétition, la première dans l'histoire du club. Comme un air de revanche, dont les joueurs ne veulent pas entendre parler. Un autre match, un autre contexte, une autre page de l'histoire à écrire. Et qui se termine en happy ending. Victorieux 3-2 à Munich dans un match complètement fou, lors duquel Mbappé brille à nouveau, le collectif parisien semble rôdé, mais continue à provoquer toutes ces émotions à ses fans, avec un avantage de deux but repris, puis un troisième but annonciateur de qualification. 

Le retour voit le Bayern s'imposer 1-0 dans la capitale, alors que Paris livre une prestation ô combien aboutie sur le terrain. Neymar Jr est virevoltant, et sans le capitaine Marquinhos blessé, les Rouge et Bleu obtiennent leur qualification pour le dernier carré. La joie émanant des joueurs au terme de la rencontre restera dans l'histoire. Une explosion partagée par des dizaines et des dizaines de fans tout autour du globe. 

Deuxième demi-finale de suite pour le club parisien, troisième équipe française à réaliser pareille performance. Finalement, c'est Manchester City qui met un terme au rêve rouge et bleu, lors d'une double confrontation à haute tension. 

Paris, et tout son peuple, peut être fier. Et nous reviendrons. Pour vivre, encore et encore, toutes ces émotions si propres à notre ADN.