1986, pour son 16ème anniversaire, le Paris Saint-Germain décroche déjà le premier titre de champion de sa jeune histoire. Guidés par Gerard Houllier sur le banc, Luis Fernandez, Joël Bats, Dominique Rocheteau ou Safet Susic vont emmener Paris au sommet du football français, une première. Un sacre qui ne souffrira d’aucune contestation les Parisiens ayant notamment réussi à enchaîner 26 matches sans défaite cette saison-là.

 

Le Match

"Si Paris s'impose contre Monaco, le titre est pratiquement dans la poche". Le capitaine Luis Fernandez résume l'état d'esprit des Parisiens avant la rencontre face aux Monégasques.

L'affrontement entre les deux équipes est superbe et indécis, les occasions de but se succèdent et on s'achemine doucement vers un résultat nul lorsqu'un ultime corner de Safet Susic est repris par Omar Da Fonseca. Le buteur argentin rate sa reprise, mais Oumar Sène surgit et fusille Jean-Luc Etorri d'une frappe à bout portant (89e). Après le match nul de Nantes, Paris est virtuellement champion avec quatre points d'avance et une meilleure différence de but à deux journées de la fin.

Les joueurs ont du mal à cacher leur émotion au coup de sifflet final, le capitaine Fernandez est tout près de casser le nez de son entraîneur lorsqu'il l'étreint amicalement... Gérard Houllier est heureux:  "Ce fut un match magnifique. Le match le plus plein et le plus équilibré de la saison." Depuis 1936 et le Racing (50 ans !), Paris n'avait plus remporté le titre de champion de France.

Le Joueur

Gérard Houllier avait décidé en début de saison de confier à Luis Fernandez le brassard de capitaine, avec l’ambition de canaliser son fougueux milieu de terrain, qui restait sur une saison compliquée avec les Rouge et Bleu.

Pari réussi : 37 matches joués et aucune expulsion pour Luis Fernandez, l’âme de cette équipe, qui va quitter le club sur ce premier titre de champion de France et signer au voisin et ambitieux Matra Racing de Paris.

L'image

Luis Fernandez joue gardien de but lors de la victoire à Metz.

37e et avant-dernière journée, stade Saint-Symphorien de Metz. Leader depuis le début de la saison 1985-86, le Paris Saint-Germain n’est plus qu’à quelques minutes de son premier titre de champion. Joël Bats se blesse à la jambe gauche en première période. A la mi-temps il est remplacé par Luis Fernandez qui encaissera deux buts (3-1).

Le chiffre

8 recrues lors du mercato estival, un nouvel entraîneur : malgré ce nouveau casting, le Paris Saint-Germain réussit une entame parfaite en championnat et bat même le record d’invincibilité après le nul à Bordeaux, champion de France en titre (21 matches sans la moindre défaite), détenu par Saint-Etienne depuis 1959. Les Parisiens resteront invaincus jusqu’au déplacement à Lille (0-2, le 22 janvier 1986) soit une série de 26 rencontres sans défaite.

Les plus beaux moments

Les plus beaux moments de la saison 1985-86.

L'anecdote

Le titre de Champion de France s’est peut-être joué dans la pénombre du Parc des Princes, un soir de janvier 1986…

Face à des Niçois très réalistes, les Parisiens souffrent jusqu’à la 66e minute et une panne de courant dans l’enceinte de la Porte d’Auteuil. Après quelques minutes dans le noir, la moitié des projecteurs se rallume et le Paris Saint-Germain s’impose finalement 3-2. Dans le même temps, les dauphins bordelais (0-9 à Monaco) et nantais (0-2 contre Marseille) s’inclinent et les Parisiens comptent alors 8 points d’avance et ne seront jamais rejoints jusqu’au sacre pour le titre.

La déclaration

« On était insouciant, on prenait les matches un à un sans pression. Tout s’est enchaîné et on a surfé sur cette réussite. Et quand tu gagnes, l’ambiance est bonne ! On se retrouvait souvent tous ensemble avec nos familles, c’était très convivial. Remporter ce titre avec le Paris Saint-Germain, c’était la consécration pour tous les efforts que l’on avait fournis, on a bien géré à la fin et ce n’était pas évident. Le soir du sacre, c’était aussi le jour de gloire de notre président, le regretté Francis Borelli.  »

- Joel Bats

Le Geste

Philippe Jeannol frappe trois coups francs quasiment identiques contre Laval le 7 décembre 1985 (un but, deux tirs sur le montant repris par Rocheteau qui marque à deux reprises).

Les champions

Gardiens de but

Joël
Bats


Jean-Michel
Moutier


Défenseurs

Michel
Bibard


Claude
Lowitz


Claude
Pilorget


Philippe
Jeannol


Thierry
Morin


Thierry
Bacconnier


Franck
Tanasi


Milieux de terrain

Fabrice
Poullain


Luis
Fernandez


Safet
Susic


Jean-Claude
Lemoult


Jean-François
Charbonnier


Laurent
Pimond


Alain
Couriol


Attaquants

Dominique
Rocheteau


Oumar
Sène


Omar
Da Fonseca


Robert
Jacques


Pierre
Vermeulen