Marco Verratti : «Un titre est toujours émouvant…»

Conf' de presse

Quelques minutes après Thomas Tuchel, Marco Verratti s’est présenté dans l’auditorium du Centre Ooredoo, pour la traditionnelle conférence de presse d’avant-match. A J-1 de défier Strasbourg (9e de L1) au Parc, le métronome italien a évoqué les sujets d’actualité, autour de cette affiche de la 31e journée.

MARCO, SERIAL BUTEUR ?
« J’ai vécu une semaine particulière avec ces deux buts inscrits (avec la sélection italienne, puis face à Nantes mercredi), car je n’ai pas l’habitude de marquer. Dans le football d’aujourd’hui, c’est important de se montrer aussi décisif face au but. Surtout, j’étais content de marquer en demi-finale de Coupe de France. On en rigole avec le coach : il me dit toujours qu’il faut que je frappe davantage. C’est vrai que j’ai plus tendance à faire marquer les autres, mais face à des équipes qui évoluent avec un bloc bas, lorsqu’il y a peu d’espaces exploitables, il faut aussi tenter sa chance. Je n’ai pas forcément eu de déclic, mais j’espère continuer à marquer !»

LE TITRE EN LIGNE DE MIRE
«Pour moi, un titre à gagner est toujours émouvant. On a réalisé beaucoup d’efforts et dimanche on peut atteindre notre objectif. Ce serait bien que l’on puisse être sacré dimanche, pour fêter cela avec notre public, au Parc. Un titre a toujours la même saveur, c’est magnifique de gagner, surtout un championnat, qui se révèle long et difficile avec 38 journées. Pour certains, cela peut paraitre facile de l’extérieur, mais nous, nous connaissons les efforts consentis au quotidien pour prendre autant de points en Ligue 1. Sur nos 29 premiers matches, on a réussi à rester systématiquement concentré, ne perdant qu’une fois (à Lyon, 1-2).»

LA MOTIVATION DU GROUPE
«J’aime le football, je ne disputerai jamais un match sans être motivé. Le football c’est ce que j’aime le plus dans la vie, alors pour moi c’est inconcevable. A Paris, on l’a bien compris : on joue toujours pour la victoire. L’équipe est habitée par cette soif de gagner, même en jouant aux cartes Thiago Silva ou Dani Alves n’acceptent par exemple pas de perdre. On est tous animé par cette mentalité de compétiteur.»

LA DECEPTION EN CHAMPIONS LEAGUE
«Le seul regret, c’est cette défaite face à Manchester United en 8e de finale retour, au Parc (1-3). On a vécu un match bizarre, on a dominé, mais on a concédé trois buts, sur des erreurs évitables. Le coach est là depuis huit mois seulement, mais a déjà réalisé un très gros travail collectif. En phase de poules, on a terminé premiers d’un groupe très relevé, devant Liverpool et Naples. Ensuite, on a dû faire sans Ney, notre meilleur joueur, il n’y a qu’à regarder ses statistiques… J’aime cette équipe, on peut arriver loin ensemble, avec un peu plus de concentration. Il faut rester lucide car le très haut niveau se joue sur des petits détails.»

SON AVENIR
«J’ai toujours dit que je me sentais vraiment bien ici. Je suis là depuis sept ans, et j’ai toujours la même envie, comme au premier jour. Je me sens bien dans ce club, auprès de mes coéquipiers, j’ai confiance en ce projet parisien. Il me reste deux ans de contrat, on verra avec le club concernant une prolongation, mais une chose est sûre : j’aimerais rester longtemps à Paris.»