«Nous restons tous soudés et solidaires»

Youri, responsable médias du PSG Fan Club New York, nous raconte comment la quarantaine est vécue aux États-Unis, et l'impact de la crise sanitaire sur sa vie de tous les jours.

Depuis l’apparition du COVID-19, le monde entier est comme à l’arrêt. Et le Fan Club New York du Paris Saint-Germain ne déroge pas à la règle. « Aux États-Unis, on n’a pas eu d’annonce officielle du gouvernement concernant une mise en quarantaine. Mais les entreprises ont pris l’initiative de demander aux salariés de travailler de chez eux. On est donc sur notre deuxième semaine de quarantaine "non-obligatoire". À New York, les commerces, les restaurants, les bars et discothèques ont fermé leurs portes. Les pharmacies et les supermarchés sont encore ouverts. Je me suis un peu déplacé dans la ville pour récupérer des documents au travail, et c’est vraiment une ville fantôme ! Je n’avais jamais vu ça. »

/media/125224/img_5673.jpg

Avant d'entrer dans cette crise, les supporters parisiens ont pu profiter de la qualification de leur club pour les quarts de finale de l'UEFA Champions League. « C’était la folie après cette victoire face à Dortmund. Il y a beaucoup de gens qui devaient se déplacer et assister au match sur Paris. On s’est donc tous retrouvé pour regarder le match. C’était un véritable moment d’union et de fête avec une ambiance exceptionnelle. On est tous allé dîner après le match pour célébrer la victoire du Paris Saint-Germain. Cette victoire est super importante pour la suite de la compétition.Nos objectifs ne changent pas malgré cette coupure, et on souhaite que le club remporte le maximum de trophées. »

Malgré l'absence de match et d'actualité concernant leur club de cœur, les membres du Fan Club New York gardent contact. « En terme de relation humaine et sociale, on est coupé de toute activité et c’est plus dérangeant. Après, d’un point de vue sportif, c’est hyper frustrant, car il ne se passe plus rien. Il n’y a plus de match, on ne se retrouve donc plus tous ensemble avec le Fan Club. Quand on se voit avec nos amis, membres du club et qu’on attaque cette période de mars-avril avec les matches de Coupes, on se voit deux fois par semaine minimum. Là, cela fait deux semaines que l’on ne se voit plus, on fait des donc Skype, on essaye de s’appeler. On est très actif, le groupe continue donc d’échanger. Et puis on a aussi mis en place une cagnotte pour que les gens puissent aider notre bar durant cette crise»

/media/125226/img_4635.jpg

Le décalage horaire n'empêche pas Youri de garder aussi contact avec ses proches et ses amis supporters parisiens. « On reste tous soudés et solidaires, car certains de nos amis ont été touchés par le COVID-19. On garde donc contact avec la France car on est forcément touché par ce qu'il se passe dans notre pays. Mais pour l’instant tout le monde se porte bien. Maintenant, il faut appliquer les règles et rester chez nous pour combattre ce virus. »

Face à cette crise Youri souhaitait passer un dernier message : « Je souhaite aux supporters et à tout le monde d’être en bonne santé. Prenez les mesures nécessaires pour combattre ce virus. Et ne lâchez jamais l’amour du PSG ! On a eu des hauts et des bas dans notre histoire mais l’avenir est devant nous, en espérant que ce soit notre année en Champions League... »