Nicolas Mossion : « Une véritable mentalité de club se crée »

Alors que 2019 vient de toucher à sa fin, le responsable du haut niveau du PSG Judo tire le bilan de cette première partie de saison. Si les trois titres nationaux par équipes (juniors féminines et masculins, seniors masculins deuxième division) constituent la principale satisfaction des entraîneurs et dirigeants, des leçons doivent être tirées de l’échec des juniors masculins à l’international pour en faire de potentiels sélectionnés olympiques pour Paris 2024.

« De ce début de saison 2019-2020, on retient bien évidemment les trois titres nationaux obtenus par équipes, avec ce doublé inédit dans l’histoire du judo français aux championnats de France juniors féminin et masculin. Une semaine après, notre équipe seniors masculine devenait championne de France deuxième division et se qualifiait donc pour les championnats de France première division (qui regroupent les meilleures équipes tricolores) qui auront lieu début mars à Brest (Finistère). Des victoires qui démontrent qu’une véritable mentalité de groupe, et donc de club, est en train de se créer. Le travail que nous effectuons, les dirigeants, Julien Boussuge et moi-même, pour créer un état d’esprit PSG paie. Voir lors de ces trois événements que nos judokas se battaient pour eux-mêmes, mais aussi et surtout pour les copains/copines et le club, fait forcément très plaisir.

Doublé championnats de France juniors (décembre 2019)

En individuel, le deuxième titre consécutif de championne d’Europe juniors de Faiza Mokdar (-52kg), obtenu mi-septembre, conforte tout le bien que l’on peut penser d’elle. En première année chez les juniors, elle sortait d’une saison 2018-2019 avec trois titres de championne de France, en cadettes, juniors et seniors (elle est la première judokate à réaliser une telle performance), deux titres de championne d’Europe cadettes et juniors et une cinquième place aux championnats du monde juniors ! Cette fois, si elle ne survole pas ces championnats d’Europe juniors 2019 comme cela avait été le cas l’année dernière, Faiza s’est montrée appliquée, constante et au-dessus de toutes ses adversaires. Remarquable de régularité, on a hâte de la revoir sur le circuit international seniors. Les autres satisfactions individuelles viennent de Mélanie Vieu (-48kg), vice-championne de France seniors première division en début novembre à Amiens, et Ophélie Vellozzi (-57kg), en bronze lors de cette même compétition en alors qu’elle n’est qu’en deuxième année de juniors. Deux filles qui ont prouvé qu’il allait falloir compter sur elles dans les mois et années à venir. Côté masculin, il faut saluer la performance d’Arnaud Aregba, juniors première année, qui remporte le tournoi international d’Aix-en-Provence il y a deux semaines. Une compétition référence dans cette catégorie d’âge, où Arnaud a dégagé de beaucoup de maturité.

Nicolas Mossion (novembre 2019)

Au niveau du club, même s’il y a encore des réglages à faire, le mode de fonctionnement trouvé entre dirigeants, entraîneurs et athlètes se montre efficace alors que l’effectif a doublé par rapport à la saison dernière. Il y a un vrai travail d’équipe désormais, qui me semble aller dans le bon sens pour nous permettre de gommer les points négatifs constatés en 2019 : parmi eux, il y a eu l’échec de nos juniors masculins, désormais passés chez les seniors, à l’international. Il faut être clair : certains ne sont pas au niveau, alors que d’autres sont dans une dynamique négative, caractérisée par un manque de confiance en soi rédhibitoire lorsque l’on veut performer sur des championnats d’Europe ou du monde. Je note toutefois la bonne performance de Tanou Keita (-100kg), cinquième des championnats d’Europe juniors en et qui aurait pu espérer mieux sans une blessure survenue en demi-finale. Comme lui, ils ont été trop nombreux à être touchés physiquement, et notamment ceux qui, comme Faiza Mokdar ou Eniel Caroly (-90kg), ont été très sollicités depuis un an, en particulier à l’international. À nous de bien analyser ces faits pour mieux protéger nos athlètes.

Nicolas Mossion-Hugo Metifiot (novembre 2018)

Pour 2020, si l’on met de côté Teddy Riner qui briguera un troisième titre olympique à Tokyo cet été, les objectifs sont clairs : continuer à performer en cadets comme en juniors. Nous misons donc sur notre groupe pour décrocher un maximum de titres nationaux, mais surtout pour glaner des médailles internationales, car c’est ce niveau qui compte vraiment. Concernant nos seniors, notre mission est de les rendre rapidement très performants, afin qu’ils se montrent à leur avantage dès les championnats de France première division 2020 pour devenir de crédibles candidats à la sélection olympique pour Paris 2024. »