Les choses sérieuses commencent (déjà)

Après des mois sans compétition, et malgré un contexte sanitaire toujours très particulier, les combattants du PSG Judo attaquent un dernier trimestre 2020 pour le moins dense, avec les championnats de France première division seniors par équipes comme premier grand rendez-vous ce week-end.

« Là, tout le monde sait pourquoi on s’entraîne, sourit Nicolas Mossion, responsable du haut niveau, à l’issue d’un stage de trois jours qui a permis de réunir toute l’équipe masculine au dojo de la rue Vandrezanne. Ce stage d’affûtage et de préparation technique avait deux objectifs : avoir tous les athlètes sous la main pour peaufiner notre cohésion, tout en poursuivant notre travail individualisé. » Avec l’idée de marquer les esprits dès cette première participation à Brest ce samedi. « Difficile de dire que l’on y va clairement pour l’or, mais tous ont hâte d’y être, avec une vraie détermination à combattre. Pour nous, c’est une nouvelle aventure, qui s’inscrit toutefois dans la continuité des performances en juniors. La greffe entre les anciens et les nouvelles recrues se passe très bien et, si notre équipe peut paraître hétérogène avec de jeunes juniors aux côtés de Teddy, il y a de belles choses à faire. »

Composition d’équipe :
-66kg : Benjamin Gomes/Sina Sadroleslami
-73kg : Bilel Yousfi/Hugo Tchorowski
-81kg : Alpha Djalo/Hugo Metifiot
-90kg : Eniel Caroly/Adam Tazabaev
+90kg : Teddy Riner/Khamzat Saparbaev

Il faudra en revanche attendre l’an prochain pour espérer voir les féminines en découdre avec les meilleures formations de France, la Direction technique nationale ayant refusé la demande de hors quota espérée par le club. « On aurait bien sûr aimé participer car cela aurait apporté encore plus de saveur à ces championnats », regrette Nicolas Mossion, qui a déjà dans un coin de la tête les championnats de France seniors individuels (27-28 novembre à Villebon-sur-Yvette). Pour en être, ces combattants non qualifiés (championnes de France juniors 2020, Faiza Mokdar (-52kg), Ophélie Vellozzi (-57kg) et Habi Magassa (-78kg) le sont automatiquement, NDLR) devront aller chercher leur qualification lors des demi-finales parisiennes du 24 octobre prochain.

L’international en ligne de mire

D’ici là, c’est également hors de France que les athlètes du PSG Judo vont pouvoir se mettre en évidence, à commencer par Alpha Oumar Djalo (-81kg, photo ci-dessous), titulaire des championnats d’Europe et du monde 2018 et 2019. Retenu pour disputer l’Open européen de Malaga mi-octobre, il sera observé de près par le staff national qui n’a pas encore annoncé de sélectionné dans sa catégorie pour le Grand Chelem de Budapest (23-25 octobre), ni pour les championnats d’Europe de Prague (19-21 novembre). Ces deux derniers événements auxquels sont d’ores et déjà assurées de prendre part Marie-Ève Gahié (-70kg) et Romane Dicko (+78kg).

Alpha Oumar Djalo (septembre 2018)

En juniors, Faiza Mokdar (-52kg), Ophélie Vellozzi (-57kg) et Habi Magassa (-78kg) seront elles engagées sur les championnats d’Europe juniors de Porec du 6 au 8 novembre, tandis que Martha Fawaz (-57kg) et Khamzat Saparbaev (-100kg) sont pour le moment réservistes.

Ne demeure plus en suspens que la sélection pour les championnats d’Europe U23 (9-11 novembre à Porec), pour laquelle ils sont également plusieurs Rouge et Bleu à postuler.