Juan Pablo Sorin : « Fier d'être un supporter de Paris »

L’ancien défenseur du Paris Saint-Germain (26 matches officiels et 2 buts lors de la saison 2003-2004), présent au Parc des Princes lors de la victoire 2-0 du club de la capitale face à Manchester City à l’occasion de la 2e journée de la phase de groupes de l’UEFA Champions League, puis en visite au Centre d’Entraînement Ooredoo, est revenu sur l’actualité des Rouge et Bleu.

Juan Pablo, vous avez assisté à la victoire du Paris Saint-Germain face à Manchester City au Parc des Princes et au premier but en Rouge et Bleu de votre compatriote Lionel Messi. Avez-vous apprécié la soirée ?

« Bien sûr, encore plus après son but ! C'était une soirée extraordinaire dans son ensemble, parce que c'était un match très difficile face à une grande équipe comme Manchester City. J'ai aimé l'esprit de solidarité de l'équipe, le premier but de Leo, la joie qu'il a ressentie sur le moment, et l'explosion du Parc de Princes. C'était une grande expérience. J'étais avec ma famille, et c'était une grande soirée pour nous. Concernant Leo, je pense que pour sa famille, pour tous ses amis, pour le contexte, avoir marqué ce but, c’est très bien ! »

Le Paris-Saint-Germain et l'Argentine, une longue histoire…

« Oui, bien sûr. Je suis très fier de voir des joueurs argentins représenter le Paris Saint-Germain. Je tiens d'ailleurs à les remercier après la Copa América que nous avons gagnée ! Je pense que Paris est une équipe aimée par tous les Argentins. C'est positif, ils sont même devant la télévision quand l'équipe joue un match. Les joueurs sont aussi très importants, parce qu’Angel Di Maria et Leandro Paredes sont importants pour la sélection, tout comme Leo, et peut-être que Mauro Icardi va revenir et marquer des buts. Je souhaite toujours le meilleur pour les joueurs argentins dans le monde et encore plus s'ils jouent à Paris ! »

Avez-vous suivi avec attention le dernier mercato Rouge et Bleu ?

« Oui ! Je pense que ça a été sensationnel pour le Paris Saint-Germain, pour les supporters, pour la ville et aussi et pour le club dans le monde du football. Quand je jouais ici, la situation était tout autre mais j'avais cette sensation, je le dis toujours, j'espérais hisser l'équipe, le PSG, tous ensemble, au niveau des meilleures équipes du monde. C'était la raison de ma venue ici en tant que joueur. Ces dernières saisons, on a fait venir des joueurs, des staffs, des dirigeants, le Président... Des personnes qui ont su réveiller cette histoire. Paris est désormais proche de gagner la Champions League. C'est aussi le rêve de tous les supporters, et Paris va lutter pour gagner tous les titres. »

Justement, l’équipe a fait partie du dernier carré de l’UEFA Champions League lors des deux dernières saisons. Selon vous, que lui manque-t-il pour aller encore plus loin ?

« Je pense que l’équipe a les qualités et que chaque match contribue à l’améliorer sur le plan tactique et sur le plan physique aussi, car tous les joueurs ne sont pas au même niveau en raison de la Copa América et de l'Euro. C'est pour ça que je parle de l'esprit de solidarité. Je pense que c'est essentiel pour aller loin. Il faut que tous fassent corps pour l'équipe. C'est la condition pour aller loin, que tout le monde soit tourné vers le même objectif, aille dans le même sens et se mette à la disposition de l'équipe. C'est ce que j'ai observé contre Manchester City : la façon dont l'équipe a couru, avec beaucoup de grinta. C'est très important. »

Votre passage au Paris-Saint-Germain a été court, mais on sent un vrai lien entre le club et vous. Comment l’expliquez-vous ?

« Parce que je suis aussi devenu un supporter ! Je n'ai joué qu’une saison à Paris, mais elle a été très importante pour ma carrière. Pas seulement pour les matches ou les buts, mais plus pour la relation avec les supporters. J'ai ressenti de la tristesse quand je suis parti, mais quelque chose a survécu jusqu'à aujourd'hui. C'est là, présent, dans l'atmosphère. Je l'ai senti en revenant au Parc, et chaque jour sur les réseaux sociaux. C'est naturel. Je suis fier d'être un supporter de Paris et aussi de représenter un peu l'Argentine, sa grinta, sur le terrain et aussi en-dehors. »

Comment expliquez-vous votre cote de popularité auprès des supporters parisiens ?

« C'est quelque chose qui n'a pas d'explication, mais je pense que j’étais un peu la représentation du supporter sur le terrain. C'est ce que l'on me dit tout le temps : "J’avais l'impression que tu jouais comme si j’étais sur la pelouse". Je ne sais pas s'il y a de mot pour décrire cela, c'est plus un sentiment. Je suis en tout cas avec attention le Paris-Saint-Germain, devant ma télévision, sur les réseaux sociaux, avec les amis, les Argentins qui sont ici… Je suis maintenant un supporter virtuel, digital ! C'est une histoire d'amour qui a grandi au jour le jour. »