Bis repetita pour Teddy Riner

Comme à Montréal début juillet lors de son retour à la compétition après plus de six cents jours passés loin du circuit international, Teddy Riner a pu se frotter à des combattants parmi ce qui se fait de mieux dans sa catégorie des +100kg. Pour le même résultat final : quatre victoires et une nouvelle médaille d’or autour du cou.

Comme le décuple champion du monde l’annonçait avant son départ en Amérique du Sud, ce Grand Chelem de Brasilia devait lui permettre, à l’instar de sa rentrée canadienne il y a trois mois, de se jauger tout en jaugeant ses adversaires. Et il fut servi dès son entrée en lice, sous les vivats du public brésilien.

Teddy Riner (octobre 2019) - GC BRASILIA 3

Le Japonais Kokoro Kageura, malgré une bonne tête de moins que le Français, ne lui céda rien pendant 9’54 de combat (soit plus de deux fois le temps règlementaire), réchappant – parfois d’extrême justesse – aux mouvements de hanche ou aux techniques de sacrifice de Riner. Jusqu’à cette énième tentative en ashi-guruma (roue autour de la jambe) qui lui offrait le gain de cette première confrontation avec le Nippon.

Teddy Riner (octobre 2019) - GC BRASILIA 2

Derrière se présentait le Russe Inal Tasoev, champion du monde juniors en 2017 et vice champion d’Europe en juin dernier à seulement vingt-et-un ans. Là aussi une découverte pour le Parisien, qui contrôlait à la garde pendant les trois premières minutes de combat avant de débloquer son compteur sur o-soto-otoshi (renversement extérieur). Un avantage qu’il conservait jusqu’au gong final, malgré un waza-ari accordé puis retiré à son opposant de près de neuf ans son cadet.

Teddy Riner (octobre 2019) - GC BRASILIA 1

Ainsi invité dans le carré final, il retrouvait le Tchèque Lukas Krpalek, devenu, depuis leur affrontement de Montréal, champion du monde de la catégorie. Un combat tactique duquel sortait à nouveau victorieux Riner, par le jeu des pénalités cette fois. Suffisant pour rallier la finale face au local de l’étape, David Moura, contre qui le tricolore n’avait plus croisé le fer depuis la finale mondiale 2017 de Budapest. Un grand moment pour les supporters auriverde qui tournait finalement à la démonstration, Riner exécutant son adversaire dès la première séquence du combat, à nouveau sur son o-soto-otoshi.

https://twitter.com/lachainelequipe/status/1181677011842093058

Un point final majuscule pour son deuxième tournoi de reprise, qui lui permet d’ajouter la coquette somme de mille points aux sept cents déjà engrangés cet été, pour un gain de vingt-sept places au classement mondial. Le voilà désormais aux portes du Top 30, qu’il entend bien intégrer à l’issue de ses prochaines sorties, prévues du côté d’Abou Dhabi (Grand Chelem) le 26 octobre et de Perth (Grand Prix) le 4 novembre.