Aliou Cissé : «J'ai beaucoup appris à Paris»

L’ancien défenseur ou milieu de terrain du Paris Saint-Germain (62 matches officiels et 2 buts entre 1998 et 2001) et actuel sélectionneur du Sénégal revient sur son passage au sein du club de la capitale, avant d’évoquer les débuts d’Idrissa Gueye en Rouge et Bleu.

Aliou, quels souvenirs gardez-vous de votre passage au Paris Saint-Germain ?
« Il y en a beaucoup ! J’ai joué trois ans au club, pendant lesquels j’ai énormément appris. J’arrivais dans une grande équipe en provenance Sedan, club qui venait de monter en D2 (ex-Ligue 2). J’ai grandi en région parisienne. Tout petit, j'allais au Parc des Princes voir Safet Susic, Valdo… tous ces grands joueurs. Mon rêve était de jouer pour le Paris Saint-Germain. Beaucoup de jeunes de banlieue rêvent d’intégrer son Centre de Formation, mais je n’en ai pas eu l’opportunité. J'ai été formé à Lille avant de rejoindre le club en 1998. J’ai côtoyé de très grands joueurs comme Jay-Jay Okocha ou Ronaldinho. J'ai beaucoup appris parce que j'étais un jeune joueur, et j’ai eu la chance de jouer quelques matches dans un grand club. Je suis donc très heureux d'avoir porté ce maillot, et d'avoir fait plaisir à nos supporters à l'époque. Que de bons souvenirs ! »

Avez-vous gardé contact avec d’anciens coéquipiers ?
« Étant basé au Sénégal, je n’ai plus beaucoup de contacts avec eux. Mais je vais au Parc des Princes de temps en temps. L'année dernière, je suis venu assister à la rencontre entre le Paris Saint-Germain et Saint-Étienne (4-0, le 14/09/2018), car j'avais un joueur qui évoluait à l’ASSE (Assane Dioussé). J'ai été très bien accueilli ! J'ai retrouvé d'autres anciens comme Edvin Murati (formé au club, 24 matches officiels et 1 but entre 1997 et 2000), que je n'avais pas vu depuis très longtemps. On a beaucoup ri ensemble. Je reviendrai ! »

/media/103133/papier-2.jpg

Un lien fort semble unir le Paris Saint-Germain au Sénégal…
« Les Sénégalais et le Paris Saint-Germain, c'est une longue histoire d'amour ! Sarr Boubacar, qui a été joueur (98 matches officiels et 27 buts entre 1979 et 1983) puis membre du staff, Jules Bocandé (41 matches officiels et 6 buts lors de la saison 1986-1987) ou encore Oumar Dieng (52 matches officiels et 1 but entre 1994 et 1996) ont joué au club. Et actuellement, il y a Idrissa Gueye. Bref, il y a toujours eu un lien entre le Sénégal et le Paris Saint-Germain. »

Le club est-il soutenu au Sénégal ?
« Aujourd'hui, tous les Sénégalais suivent et encouragent le Paris Saint-Germain. Le fait qu’Idrissa y joue est une fierté pour nous tous. Nous aimons le football. Le Sénégal est un pays sportif, les gens vivent le football, et le Paris Saint-Germain fait partie des clubs phares ici. Il y a également une importante communauté sénégalaise à Paris, qui suit le club et qui a un représentant en la personne de Gana Gueye. Par conséquence, tout le monde supporte le Paris Saint-Germain. Nous sommes donc heureux qu'il représente le Sénégal. Il est l'ambassadeur de notre pays en Europe. Nous lui souhaitons vraiment une très grande carrière. Il en a les possibilités, les qualités. C'est un garçon exceptionnel sur le plan de la mentalité. La seule chose que je regrette, c'est qu'il arrive un peu tard à ce niveau. Mais le fait qu'il atteigne ce niveau était prévisible. J'espère donc qu'il continuera à progresser, qu'il apportera beaucoup de bonheur au Paris Saint-Germain, et qu’il prendra du plaisir. »

/media/103134/papier-3.jpg

Que pensez-vous du joueur ?
« C'est est un taulier, quelqu’un qui fait partie des cadres de l’équipe nationale. L’équipe actuelle est basée autour de lui et de 3 ou 4 autres joueurs. C'est un garçon exceptionnel, doté d'une intelligence vraiment au-dessus de la moyenne. C'est facile de l'entraîner. C'est un plaisir pour nous d'être avec lui. Il apporte beaucoup à la sélection par son implication, mais aussi par ses qualités footballistiques. C'est un garçon très bien éduqué. Au-delà du fait d’être un très grand joueur, c'est très important. Il a une marge de progression et je sais qu'il progressera encore plus à Paris. »