Viran Morros : « Je suis heureux d’être à Paris »

Après une première partie où Viran Morros s’exprimait sur les rencontres qui attendent prochainement le Paris Saint-Germain Handball, notre arrière gauche revient sur ses premiers mois chez les Rouge et Bleu.

Psg.fr : Avant Montpellier, il y a eu la trêve internationale et tu as été laissé au repos par le sélectionneur espagnol. Cette semaine a été particulière pour toi ?
Oui, ça a été différent. Ça faisait longtemps que je n’avais pas pu me reposer pendant une semaine. J’ai pu travailler physiquement avec le staff. Je veux toujours jouer avec l’Espagne, mais j’espère que ces efforts vont me permettre d’aider l’équipe à atteindre ses objectifs dans cette fin de saison.

Tu es arrivé à Paris cet été, comment se sont passés tes premiers mois dans la capitale ?
Je me sens très bien ici. Tout le monde m’a très bien accueilli. l'ambiance dans le vestiaire est très bonne et ça, c’est important. Ça rend les choses plus faciles. Je suis très heureux d’être au Paris Saint-Germain Handball.

Tu es très expressif, sur et en dehors du terrain. C’est important pour toi de pouvoir extérioriser ?
Je comprends le jeu et le handball, donc j’essaie d’aider l’équipe en ajoutant un souffle positif et d’apporter de l’énergie. C’est quelque chose que j’aime bien et qui est très important pour moi.

L’adaptation au championnat français a été facile ?
La Lidl StarLigue est très compliquée. Ici, si tu n’es pas prêt pas à l’extérieur, tu perds. Que ce soit à Istres, à Dunkerque, à Nîmes ou encore à Nantes, on peut perdre des points. Le niveau est plus élevé qu’en Espagne. Avec la vitesse, c’est parfois compliqué au niveau de l’engagement… Il faut que j’apprenne à connaître les arbitres et qu’eux me connaissent mieux (rires).

Quel regard portes-tu sur la fin de saison ?
Nous devons prendre match après match. Nous avons la rencontre de Kielce qui va bientôt arriver et pourra nous permettre d’aller au Final4 de la Ligue des Champions, ce qui est le véritable objectif du club. Mais chaque chose en son temps.

C’est la période la plus compliquée de la saison ?
C’est toujours plus difficile, car toute la saison se décide en un mois et demi. Jusque-là, ce que nous avons fait est très bien. Mais on doit encore faire un effort collectif pour faire mieux. J’ai confiance en tous mes coéquipiers et dans le club pour que nous soyons encore meilleurs dans cette fin de saison.

Retrouvez la première partie de notre interview avec Viran Morros, en vidéo.

(Crédits : TeamPics/PSG)