PSG Handball - Zaporozhye : tout ce qu’il faut savoir

Jeudi soir, le Paris Saint-Germain Handball participe à la 4ème journée d’EHF Champions League. Dans un groupe B très serré, il pourrait faire une bonne opération en cas de victoire. Mais il faudra se méfier de Zaporozhye, qui se déplace au Stade Pierre de Coubertin et qui a pour habitude de vendre chèrement sa peau.

Le début de campagne
Après trois journées, les Rouge et Bleu ont tout connu dans cette phase de poules. Défaits à Veszprém (34-31), vainqueurs contre le Dinamo Bucarest (41-30), avant de partager les points à Flensbourg (27-27), ils sont toujours dans le bon wagon pour terminer aux deux premières places du groupe B (directement qualificatives pour les quarts de finale) et ne pointent qu’à une longueur du leader, Barcelone.

Les Ukrainiens n’ont pas non plus à rougir de leur parcours. Après avoir battu Porto en ouverture (30-27), ils sont sortis la tête haute de leur déplacement au Palau Blaugrana de Barcelone (36-25) et auraient pu accrocher Kielce, sans une fin de match à contre-sens (25-26).

Paris d’attaque
Depuis le début de la saison, l’attaque parisienne a repris une bonne habitude : beaucoup marquer ! Avec 99 buts inscrits depuis le début de sa campagne européenne, le Club de la capitale dispose de la meilleure ligne offensive du groupe B, devant Veszprém (92). Toutes poules confondues, seul Kiel fait mieux avec ses 104 unités. Une belle statistique que l’on doit aux meilleurs buteurs parisiens, que sont Mikkel Hansen (18 réalisations), Ferran Sole Sala et Kamil Syprzak (11).

Pukhouski a du répondant
Si Zaporozhye n’a inscrit que 80 buts, elle n’en reste pas moins une formation dangereuse, à l’image de son demi-centre biélorusse, Barys Pukhouski. Ce dernier a déjà trouvé le chemin des filets à 15 reprises, dont six sur le terrain du Barça. Un poison pour les défenses adverses, comme il l’avait déjà été les saisons passées avec ses 221 réalisations sur les trois dernières exercices européens.

Il faudra aussi surveiller l’autre demi-centre de cette formation, le Lituanien Aidenas Malasinskas, ou son compatriote et ancien pensionnaire de notre championnat, Jonas Truchanovicius. L’arrière gauche de 29 ans a évolué cinq ans du côté de Montpellier, pour 216 buts inscrits. A noter qu’il a également remporté la Ligue des Champions avec les Héraultais, aux côtés de Vincent Gérard et Mathieu Grébille, en 2018.

L'historique des confrontations
Cette opposition n’est pas tout à fait inédite en Ligue des Champions. Paris et Zaporozhye s’étaient déjà affrontés en 2018-2019 et notre équipe avait remporté les deux confrontations, que ce soit à Coubertin (31-25) ou en terres ukrainiennes (29-35). Lors de cette rencontre, Thierry Omeyer avait stoppé 12 tirs adverses, mais avait aussi marqué trois buts sur ses trois tentatives.

Pour suivre le match (coup d'envoi à 20h45) :
- Depuis les tribunes de Coubertin : en prenant vos places sur notre site officiel
- Télévision : Eurosport 2
- Nos réseaux sociaux, via notre live-tweet

(Crédits : A.Gadoffre/TeamPics/PSG)