Fatal money-time

Handball

Le contexte :
Ne cherchez pas longtemps, la plus belle affiche du paysage handballistique du weekend, se disputait, dimanche après-midi, au Stade Pierre de Coubertin, à l’occasion de la 11ème journée de Velux EHF Champions League, entre le Paris Saint-Germain Handball et Barcelone. L’enjeu était de taille pour les deux formations ! Alors que les Catalans, en cas de victoire, pouvaient consolider leur place de leader du groupe A (directement qualificative pour les quarts de finale), les Rouge et Bleu avaient, quant à eux, l’occasion de faire une belle opération. Avec un résultat positif, ils passeraient devant leur adversaire direct. Un succès de cinq buts lui permettrait également de prendre l’avantage sur la double confrontation (36-32 à l’aller) et donc de s’offrir un joker, pour ce dernier rendez-vous européen de l'année 2019.

Le résumé :
Si le club de la capitale entame le mieux la rencontre (3’ : 2-0), le début de rencontre est très serré (6’ : 3-3). L’ambiance est très chaude dans les tribunes de Coubertin et notre enceinte entre encore plus en ébullition, lorsque Rodrigo Corrales stoppe deux jets de 7m dans les 10 premières minutes (10’ : 4-4). Pour contrer Barcelone, les Rouge et Bleu mettent beaucoup de rythme face à une équipe qui a pour habitude d’imposer le sien. Ils jouent tous les coups rapidement et en récoltent les fruits (16’ : 11-8). Mais même dans ces conditions, les Blaugranas ne sont pas facile à prendre à défaut (23’ : 14-14). Paris opte alors pour une défense plus agressive, suppléée par un Rodri presque parfait (25’ : 14-14). Il use également de tentatives plus lointaines, à l’image du tir puissant de Sander Sagosen (28’ : 16-15). Pourtant, à la pause, la rencontre est toujours aussi indécise (30’ : 17-16).

/media/59562/_ag13645.jpg

Le retour des vestiaires est très délicat pour les Parisiens, qui encaissent un 4-0. Une disette offensive qui oblige Raul Gonzalez à poser un temps-mort (32’ : 17-20). Le technicien espagnol fait passer son attaque à sept joueurs de champ, et en quelques instants, notre équipe recolle (36’ : 20-20). Tous les acteurs de la rencontre ne comptent pas leurs efforts et ça donne une partie très accrochée (45’ : 27-27). Même lorsqu’une des deux formations se détache (46’ : 27-29), l’autre revient presque aussitôt (47’ : 29-29). A l’approche du money-time, difficile de savoir quelle sera l’issue de la rencontre (53’ : 31-31). Malgré la bonne entrée en jeu de Vincent Gérard, qui repousse, à son tour, deux penaltys, la fin de match est compliquée par une double infériorité numérique parisienne (57’ : 32-33). La marche est alors trop haute et les Rouge et Bleu. Ils ne reviennent pas et voient la première place de la poule s’éloigner (32-35).

Le Parisien du match : Sander Sagosen
Malgré la défaite, Sander Sagosen a livré une très grande partie. Sa prestation XXL l’a conduit en tête du classement des meilleurs buteurs de la rencontre. L’international norvégien a également fait preuve de réalisme, puisqu’il est parvenu à marquer sur huit de ses neuf tentatives.

/media/59563/_ag22249.jpg

Dans le viseur :
Le Paris Saint-Germain Handball va maintenant se tourner vers une semaine de coupes. Jeudi, ils recevra Montpellier, à Coubertin, pour le compte des quarts de finale de Coupe de la Ligue. Dimanche après-midi, il se déplacera chez son voisin, Pontault-Combault, pour son entrée en lice en Coupe de France (les 16èmes de finale).

(Crédits : TeamPics/PSG)