Sabrina Delannoy : « S'attendre à un match très technique »

Ancienne joueuse et légende du Paris Saint-Germain, Sabrina Delannoy garde un œil avisé sur l'actualité de l'équipe féminine. Avant la rencontre face à Barcelone prévue ce dimanche en Women's Champions League, Sabrina évoque ses souvenirs et ce match qui s'annonce spectaculaire.

Sabrina, comment as-tu vécu ce quart de finale face à Lyon ?
« Après le match aller, on avait un petit sentiment de frustration. Lyon était reparti avec la victoire mais on a senti que Paris méritait largement mieux. Puis les 5 premières minutes du match retour sont compliquées, Lyon met beaucoup d'intensité, mais malgré le but, Paris se réveille et hausse son niveau de jeu. Il y a eu beaucoup de suspense, et le dénouement heureux nous permet de profiter pleinement. »

On sent qu’il se passe quelque chose dans cette équipe, avec les résultats, l’osmose entre les joueuses et le staff. Quel regard portes-tu sur ce groupe ?
« Je pense que c'est un groupe qui arrive à maturité, et qui a appris de ces échecs. C'est un groupe homogène, avec un vrai beau fond de jeu, peut-être quelque chose qui lui manquait avant. On voit que le groupe continue de progresser et à s'enrichir des expériences, c'est une bonne recette. »

Un mot sur Irene, car tu connais bien ce poste, et le rôle de leader. Comment définir ce qu’elle apporte à l’équipe ?
« Pour moi, Irene est l'âme de cette équipe, le modèle et la locomotive. J'ai eu la chance de jouer avec elle avant d'arrêter. C'est le genre de joueuse que j'adore, elle n'est pas toujours sous le feu des projecteurs, elle est discrète, mais dans le vestiaire c'est une leader, elle est super pro, on a envie d'aller au combat avec elle. On a la chance de l'avoir, c'est une joueuse qui porte haut les couleurs du Paris Saint-Germain. »

Barcelone dimanche, ça doit te rappeler de bons souvenirs...
« Oui en 2016 on les affronte déjà en demi-finale. C'était déjà une belle affiche, au match aller on gagne 2-0 dans un Mini Estadi rempli et on a la chance de jouer au Parc le match retour. Je marque sur penalty, ça avait une saveur particulière parce que je savais que c'était sans doute mon dernier match au Parc. Je n'avais pas encore annoncé que j'arrêtais, mais je savais que c'était ma dernière saison. C'est un de mes plus beaux souvenirs ici. »

À quel genre de match peut-on s’attendre dimanche ?
« On peut penser que la route est toute tracée pour aller au bout parce qu'elles ont sorti les favorites. Mais il faut se méfier de Barcelone, qui est une équipe un peu à notre image, qui a beaucoup progressé et qui continue de le faire. Il y a un beau fond de jeu, elles sont dangereuses et vont hausser leur niveau. Ce sera un match très technique, il faut s'attendre à une rencontre de haut niveau. »