Perle Morroni : «Nous sommes une famille»

À quelques jours d'affronter Lyon en quart de finale de la Coupe de France Féminine, Perle Morroni s'est livré lors d'une interview évoquant la forme du groupe et cette rencontre face aux Lyonnaises.

Perle, le coach te fait confiance cette saison. Comment as-tu vécu cette progression ?
« Cela me fait vraiment plaisir. Je travaille tous les jours pour cela, mais rien n’est acquis. Il faut travailler chaque jour pour gagner sa place. Je travaille, je m’entraîne. Je peux encore m’améliorer sur certains aspects pour prouver au coach qu’il a raison. »

Ton rôle est un peu plus défensif que ces dernières saisons...
« Oui, c’est vrai. Il m’arrivait de jouer ailier gauche, mais j’étais plus souvent défensive. Cette année, je joue vraiment en tant que latérale gauche, je suis vraiment plus défensive. »

On a l’impression qu’il y a une osmose qui a été trouvée. La ressens-tu ?
« On a un bon groupe. Que ce soit les filles qui viennent d’arriver ou les anciennes, on s’entend toutes vraiment bien. On rigole bien ensemble. C’est un plus pour nous. Lors du stage à Portland et Miami l'été dernier, on s’est rapproché. Sur le terrain, nous sommes une famille. Ce sera important lors des gros matches. Cela nous aidera »

Tu parles des anciennes... Estimes-tu en faire partie même si tu es jeune ?
« Je ne me considère pas comme une ancienne, même si je suis au club depuis un moment. Pour moi, les anciennes ce sont celles qui ont de l’expérience. »

Il y a un noyau de joueuses formées à Paris. Est-ce important pour le club ?
« Pour moi, avoir porté le maillot depuis que nous sommes petites est très important. Il y avait déjà de la fierté quand on remportait le championnat U19 contre Lyon ou Montpellier. Quand on porte ce maillot en D1 et en Champions League, on ressent quelque chose de fort. »

Affronter Lyon si tôt en Coupe de France est-il une surprise ?
« C'est peut-être un bon tirage. Cela nous permettra de hausser notre niveau de jeu. De toute façon, on sait que, Coupe de France, on doit gagner tous les matches qui sont sur notre passage. Chaque rencontre est une finale. »

En juin la Coupe du Monde se déroulera en France, ça aura une saveur particulière pour les françaises ?
« Cela ne se reproduira peut-être pas de si tôt... La disputer serait donc beau, mais je ne me prends pas la tête. Je suis encore jeune. C’est un objectif, mais je reste concentrée avec mon club. »