Nadia Nadim : «L’aventure continue, merci Paris»

L’attaquante danoise prolonge son contrat au sein du Paris Saint-Germain. Arrivée il y a six mois, Nadia revient sur ses premiers moments sous les couleurs du club de la capitale, mais aussi sur son futur.

Nadia, tu prolonges ton contrat au Paris Saint-Germain, quelles sont les raisons de cet amour pour le club de la capitale ?
Il y a tellement de choses. Premièrement, je suis tombé amoureux, pas seulement de la ville de Paris, mais de la mentalité des Français en général. Elle me convient parfaitement. J’adore cette approche relâchée et décontractée. Et j’aime aussi mes coéquipières, ce sont de grandes joueuses et le club fait évidemment partie des plus grands clubs d’Europe. Je me sens meilleure en tant que joueuse, mais aussi en tant qu’être humain depuis que je suis ici. Et je pense que j’ai encore beaucoup à apprendre et à donner au club. C’est quelque chose de naturel pour moi et je suis déjà enthousiasmée pour la saison prochaine.

Quel est ton bilan avec le club Rouge & Bleu ?
Ma dernière saison ici a été fantastique. En tant que joueuse, je suis un peu déçue de ne pas avoir gagné le titre mais nous avons grandi en tant qu’équipe, même s’il y a encore beaucoup à apprendre. La base de notre amélioration pour l’année prochaine est déjà là. Il n’y a besoin que d’un peu d’ajustements, surtout mentalement. Nous avons les joueuses, nous avons beaucoup de talent dans l’effectif mais on manque d’expérience car l’équipe est très jeune. La dernière petite étape à franchir est mentale. Nous devons croire que c’est possible. L’un des derniers matches de l’année a été contre Chelsea. Nous perdions 2-0 après le match aller. L’équipe a montré tout son caractère pour gagner le match retour 2-1, mais ce n’était pas suffisant pour se qualifier. Nous devons avoir cette mentalité de vainqueur sur tous les matches, en particulier lors des grandes rencontres comme contre Lyon ou encore en Champions League.

Que pourrais-tu apporter à l’équipe dans les années à venir ?
Je pense que je pourrais leur apporter de l’expérience dans les grands rendez-vous parce que j’ai déjà disputé de nombreuses rencontres importantes. J’ai déjà été sous pression, j’adore cette atmosphère et je veux que les jeunes joueuses aiment ça. C’est quelque chose que j’ai appris pendant mon passage aux Etats-Unis. Je l’avais déjà avant mais c’est devenu primordial durant cette période-là. Et tu peux beaucoup en apprendre de ça parce que 80% du football vient du mental.