Tuchel : « On a joué avec beaucoup d'intensité »

Réactions

Thomas Tuchel, Pablo Sarabia et Angel Di Maria sont revenus sur la victoire du Paris Saint-Germain face à Montpellier (5-0), pour le compte de la 22e journée de Ligue 1.

Thomas Tuchel (Entraîneur du Paris Saint-Germain)
« Je suis un peu surpris parce que, normalement, c'est super difficile de créer des occasions, mais on a été très fluides. On a joué avec beaucoup de choix, beaucoup d'intensité offensivement mais il y a des choses à améliorer aussi. On manque un peu de rythme mais, globalement, on fait un très bon match. C'est bien. Aujourd'hui Montpellier ne pouvait pas gagner contre nous car on a été attentifs. Ce n'était peut-être pas notre meilleur match mais je ne veux pas être trop strict maintenant. Mais d'un autre côté, après 9 matches consécutifs, 5 matches à l'extérieur... On demande beaucoup. C'est bien, mais je me demande si c'est le moment d'être trop critique. On n'a pas arrêté de jouer. C'était un bon match. Je ne parle que des détails. Les spectateurs ont pu profiter. »

/media/90812/actu-1.jpg

Pablo Sarabia (Attaquant du Paris Saint-Germain)
« Mon but ? Le ballon est revenu après une action de Neymar, je tente la frappe et elle est bien partie. C'était difficile pour Montpellier de jouer contre une équipe comme nous en étant réduits à 10, et je crois qu'on a fait une très bonne prestation. Notre mentalité est de toujours attaquer. C'est la mentalité qu'on veut avoir. Je pense que c'est le bon chemin à suivre. On doit en vouloir toujours plus, marquer toujours plus de buts. »

Angel Di Maria (Attaquant du Paris Saint-Germain)
« C'était un match difficile, on savait que ce serait compliqué. Mais avec notre bon début de match, on s'est rendu le match plus facile. Je suis content de mon but, après un échange avec Pablo, il me la remet et je fais mon geste classique pour tromper le gardien. On doit tous courir, l'entraîneur sait que quand l'un sort, l'autre fera le travail. Quand Kylian, Ney, Mauro ou Edi jouent, il y a 3 ou 4 joueurs incroyables qui peuvent marquer et faire la différence à tout moment. Et pour cela, c'est à moi, Marco, à Leo, à Gana de faire attention aux contre-attaques. »