Thomas Tuchel : «Ne pas perdre confiance»

Séparé de son groupe depuis un mois, l’entraîneur parisien nous raconte son confinement, comment il reste en contact avec son staff et ses joueurs, comment il occupe ses journées et comment il prépare l’après.

« C’est une situation bizarre mais en même temps nous sommes en bonne santé moi et toute ma famille. » C’est sur un ton rassurant, souriant comme à son habitude, que l’entraîneur parisien introduit cet échange. Plus d’un mois s’est écoulé depuis le dernier match des Rouge et Bleu, c’était face à Dortmund le 11 mars (2-0). «Ça fait déjà cinq semaines, c’est une longue pause mais on doit être discipliné, respecter la situation. On a une responsabilité. J’essaye de vivre dans le moment, c’est un grand défi, rester calme faire de la méditation. Je dors et je lis beaucoup. Je profite de ce temps calme. »

/media/30490/diapo-15-tfc.jpg

Pour autant, Thomas Tuchel reste connecté avec son groupe au quotidien. « On parle beaucoup entre nous avec le staff, on prépare des programmes individuels pour les joueurs, des recommandations. J’envoie des messages aux joueurs avec le programme et je prends des nouvelles mais pas trop. Je les laisse un peu tranquille. » Si les joueurs travaillent assidûment chacun de leur côté, la situation oblige le coach à adapter ses habitudes d’entraîneur : « Ce qui est difficile, c’est qu’on ne sait pas quand ça va se terminer. Si on savait quand ça allait finir, on pourrait commencer à parler tactique, état d’esprit… mais là personne ne sait quand ça doit finir. »

En attendant de savoir « quand », Tuchel en profite pour prendre du recul : « Je regarde beaucoup beIN Sports qui retransmet beaucoup de nos matches. Donc j’ai revu nos deux matches contre Marseille, les matches face à Dortmund, Saint-Etienne, Bordeaux… C’est bien pour regarder les matches tranquillement. » Et ce qui lui manque le plus ? « Être ensemble, ça manque beaucoup ça. »

/media/55209/28.jpg

Avant de se quitter, l’entraîneur parisien s’est montré philosophe : « Il y a des choses plus importantes que le football. On souhaite bien sûr la santé pour l’Europe et le monde. J’espère qu’on pourra recommencer à jouer pour distraire tous ces gens qui doivent rester à la maison, dans des situations difficiles parfois, qui ont peur pour leur famille. Le foot c’est une bonne échappatoire. On doit rester fort et ne pas perdre confiance. C’est important de sourire, de rester calme. Ce n’est pas facile mais c’est possible ! »