Rennes fait chuter Paris

Pour son clap de fin en L1 à domicile, le PSG a vu Rennes venir mettre un terme à son invincibilité (0-2). Une légère entorse, mais pas de quoi altérer la célébration de nos Champions !

LE FILM DU MATCH : PARIS, PREMIER ACCROC POUR « LA DER »
Comme au Stade de France, le PSG retrouvait ce soir des Rouge et Noir, venus de l’Ouest. Là aussi, Paris a brandi un trophée à l’arrivée, mais sportivement parlant, cela a en revanche moins souri. D’entrée, Paris pose pourtant ses crampons dans le camp breton. Une domination à quelques centimètres de rimer rapidement avec conclusion pour Di Maria. Aux 20 mètres, El Fideo déclenche une frappe magistrale, qui heurte la transversale, avant de rebondir sur la ligne (10e) ! Européens en puissance, les Rennais sèment ponctuellement le danger, par Gnagnon (21e) puis Hunou (22e). Nouveaux maillots home 2018-19 sur le dos, ce sont néanmoins les Parisiens qui se procurent les opportunités les plus criantes. Sur une demi-volée signée Nkunku, Koubek doit s‘employer d’une claquette (26e). Juste avant la pause, Mbappé se retrouvera à son tour en position idéale, mais sa volée n’accrochera pas la cible (44e). Au repos, l’intrigue s’écrit donc toujours en pointillés.

15 minutes plus tard, Rennes envoie vite un signal : les Bretons sont montés dans la capitale pour valider leur bilan probant à l’extérieur (invaincus lors de leurs 7 derniers déplacements en L1). Sur penalty, Bourigeaud ouvre d’abord le score à ras du poteau (0-1, 52e). Lo Celso (65e) puis Di Maria (67e) tentent bien de semer la pagaille dans les 16 mètres rennais, mais le onze de la capitale s’expose à des contres. Sur une percée éclair, Hunou saisit l’occasion en accrochant le petit filet opposé (0-2, 71e). Alors qu’il venait de remplacer un Motta ému pour ses adieux (76e), Pastore se montrera le plus entreprenant dans les derniers instants, d’une frappe instantanée (83e), puis de la tête (85e). En vain, car il aura finalement fallu attendre la dernière réception pour voir les Champions trébucher à la maison en L1. Un épilogue aux antipodes des prestations proposées tout au long de la saison sur ce gazon. Alors, on retiendra comme instantané de cette soirée la présentation de l’Hexagoal au peuple rouge et bleu !

L’IMAGE : THIAGO MOTTA, CIAO MAESTRO !
Comme Maxwell l’an passé, un autre monument a eu le droit à une sortie majestueuse ce soir. Célébré par une haie d’honneur dès l’échauffement, Thiago Motta a reçu une ovation monstre du Parc, son jardin parisien depuis 6 ans. Au moment de tirer sa révérence, le numéro 8 – brassard au bras – aligne 230 apparitions sous ce maillot et 19 trophées. Garant de l’identité de jeu du PSG depuis 2012, Thiago a quitté la scène à la 76e minute, remplacé par Pastore, autre pionnier de notre ère moderne. Alors que la tribune Auteuil déployait une banderole « Grazie Motta », les écrans du stade affichaient un slogan significatif le concernant : « A jamais rouge et bleu » !

LES ENSEIGNEMENTS :
Après 17 succès et un nul cumulés dans ce championnat au Parc, les quasi invincibles sont tombés, face à un pensionnaire du top 5. Ce soir, Rennes est venu mettre un terme à une incroyable série de  41 matches sans défaite en L1 ici-même. Oui, bien qu’auteurs d’un nouveau quadruplé, nos Parisiens restent humains ! Champions surtout…