Les Parisiens à la Coupe du Monde : Acte 1, les années 1980

Equipe première

Quelques jours avant le début de la Coupe du Monde de la FIFA Qatar 2022, retour sur le parcours des joueurs du Paris Saint-Germain lors des phases finales du Mondial. Première étape, les années 1980.

C’est en 1982 que l‘on retrouve pour la première fois des joueurs du club de la capitale lors d’une Coupe du Monde. Quatre Parisiens participent à la phase finale en Espagne : le gardien de but Dominique Baratelli et l’attaquant Dominique Rocheteau pour les Bleus, l’Algérien Mustapha Dahleb et le Yougoslave Ivica Surjak.

À 35 ans, le doyen de l’équipe Dominique Baratelli ne participe à aucune rencontre en Espagne, mais son compère Dominique Rocheteau réussit un doublé face à l’Irlande du Nord (4-1, le 04/07/1982) avant de se blesser. Il est présent sur la pelouse à Séville pour l'inoubliable demi-finale contre la RFA (3-3 a.p., 4 t.a.b. à 5, le 08/07/1982) et garde un souvenir particulier de cette rencontre face à l’Allemagne : « C’était un match spectaculaire, avec ses rebondissements permanents et son espèce de drame au sens théâtral du terme. »

Le capitaine de la Yougoslavie Ivica Surjak va vivre un enfer tout au long de la compétition, avec une humiliante élimination au premier tour. Mustapha Dahleb échoue lui aussi au premier tour, malgré un parcours exceptionnel avec les Fennecs, victorieux contre la RFA (2-1, le 16/06/1982) : « Je garde un bon souvenir de cette compétition, avec peut-être un peu de déception car nous aurions dû atteindre le deuxième tour. »

La Coupe du Monde 1986 au Mexique va mettre en lumière quatre Bleus, demi-finalistes de la compétition : Joël Bats, Luis Fernandez, Dominique Rocheteau et Michel Bibard.

Luis Fernandez est un des héros de la nuit magique à Guadalajara face au Brésil (1-1 a.p., 4 t.a.b. à 3, le 21/06/1986), en inscrivant le tir au but décisif : « Ce match représentait déjà un rêve d’enfant. Je jouais contre les dieux du football, c’était pour moi exceptionnel. Cela restera l’un des plus grands moments de ma carrière. »

Dominique Rocheteau est titulaire en attaque contre les Brésiliens et Joël Bats est lui aussi héroïque dans les buts tricolores, en détournant un penalty de Zico puis une tentative de Socrates lors de la séance des tirs au but : « De ce match, je me rappelle du bruit, et de la samba dans les tribunes. Il y avait une atmosphère de fête, et ce match était une fête. Enfin, la délivrance arrive avec le tir de Luis. Je lui ai dit avant sa frappe : "Tu vas marquer, Dieu est avec nous !" »

Michel Bibard sera pour sa part présent lors du match pour la troisième place, avec une victoire contre la Belgique (4-2, le 28/06/1986) pour le meilleur classement des Bleus à cette période en Coupe du Monde : « Avant de partir, on aurait fait le voyage à genoux pour être dans les 22. Je garde un excellent souvenir, cela compte dans la carrière d’un footballeur de participer à une telle épreuve. »