Au bout de l'effort, la der pour Paris !

Equipe première

/media/183345/score-cdl-ol.jpg

Une semaine après avoir remporté la finale de la Coupe de France face à l’historique Saint-Étienne (1-0), les Parisiens retrouvaient l’arène du Stade de France pour disputer la finale de la Coupe de la Ligue, face à l’Olympique Lyonnais. Pour l’occasion, Thomas Tuchel concoctait à nouveau le 4-3-3, enregistrant notamment le retour de Marco Verratti dans son onze de départ.

D’entrée de jeu, le ton était donné : malgré la chaleur étouffante qui pesait sur le stade, la clé serait difficile à trouver !
D’un bout à l’autre du terrain, les occasions ont commencé à pleuvoir, à l’instar de Neymar Jr, qui a allumé les premières mèches (5e, 8e), suivi de près par Memphis Depay et Bruno Guimaraes (11e, 13e).

/media/183289/_aur7372.jpg

Pressés par des Lyonnais surmotivés, les champions de France ont vu leur défense être ultra sollicitée lors de ce premier acte. Malgré les 33 degrés, les duels étaient arrachés ce vendredi soir dans la capitale, n’offrant aucun temps mort aux 22 acteurs. Pour les rafraîchissements, c’est Marco Verratti qui s’est chargé d’offrir quelques sorties de balles savoureuses afin de refroidir les intentions lyonnaises. Sur l’une d’elles, le trio d’attaque a été repris in extremis au bout d’un contre rondement mené (30e).

D’une frappe très pure de Neymar Jr à plus de 25 mètres (43e) au sauvetage de Marquinhos sur un retourné acrobatique, en passant par le contre mené par Di Maria et avorté par les gants de Lopes (45e), les Parisiens ont tout tenté. Sans réussite dans cette première mi-temps… étouffante. 

/media/183297/papier-ts.jpg

Au retour du vestiaire, la configuration n’avait pas changé. Deux occasions pour Neymar Jr (47e, 49e) et une frappe puissante de Memphis Depay (49e) n’ont pas modifié le tableau d’affichage. Et les deux équipes ont continué à basculer d’une moitié à l’autre du terrain, sans trouver la faille. La fatigue s’est accentuée au fil des minutes dans une chaleur toujours asphyxiante au bout de la nuit.

/media/183335/papier-sarabia.jpg

Sur un centre plongeant, Pablo Sarabia a surgi au second poteau mais sa reprise catapultée n’a pas attrapé le cadre (75e). Côté lyonnais, ce sont les gants de Keylor Navas qui ont écarté le danger venu d’un coup-franc de Maxwel Cornet (80e) et d’une tentative de Karl Toko Ekambi (83e). La libération aurait pu venir de Neymar Jr, mais la tête puissante du n°10 a été boxée par Anthony Lopes (86e), qui s’est ensuite interposé face à Pablo Sarabia (89e).

/media/183327/papier-verratti.jpg

Rideau sur le temps règlementaire, les deux équipes se retrouvaient pour 2 nouvelles périodes de 15 minutes, entrecoupées de pauses fraicheur. Pour la première, elles se sont de nouveau répondu coups pour coups, à l’image de cette minute folle lors de laquelle Angel Di Maria puis Bertrand Traoré ont eu leur chance (65e). Sans réussir à forcer le verrou. Rebelote pour la seconde, qui a toutefois vu Rafael se faire exclure pour une faute aux abords de la surface sur Angel Di Maria (119e). Rendez-vous à la fatidique séance de tirs aux buts ! Et ce sont les Rouge et Bleu qui ont eu le dernier mot, Keylor Navas stoppant une tentative de Bertrand Traoré avant que Pablo Sarabia ne libère son équipe.

/media/183364/papier-joie.jpg

 En soulevant la 26e et toute dernière édition de la Coupe de la Ligue, Paris réalise ainsi le 7e doublé de son histoire, record historique dans l’Hexagone. Une belle manière pour les hommes de la capitale de se plonger désormais dans leurs prochains rendez-vous : un match amical face à Sochaux avant de s’envoler vers le Portugal pour retrouver la Ligue des Champions.