Keylor Navas : « Très heureux ici »

Le gardien de but du Paris Saint-Germain nous fait part de sa joie et de ses ambitions après sa prolongation de contrat avec le club de la capitale.

Keylor, tu viens de prolonger ton contrat… Félicitations !
« Merci beaucoup ! Je me sens vraiment très heureux. Je suis reconnaissant envers Dieu de m’avoir permis de prolonger avec Paris. Le club continue de me faire confiance, je le remercie. Je me sens vraiment très bien en ce moment. J’essaie d’être le plus professionnel possible. Je prends soin de moi, et j’essaie de suivre une alimentation équilibrée. Cela m’aide beaucoup. Tout cela m’aide à rester au top niveau, et j’espère ainsi aider l’équipe encore de nombreuses années. »

Dans quel état d’esprit es-tu ?
« J’ai découvert ici à Paris un vestiaire avec des coéquipiers au talent incroyable, avec l’envie d’atteindre tous ses objectifs. Je pense que le club nous a toujours soutenu, nous a aidé à progresser. C’est vraiment un soutien mutuel entre le club et les joueurs. Nous sommes vraiment heureux ici. »

Comment tes coéquipiers et toi abordez-vous le sprint final ?
« Je pense que le club a le potentiel pour gagner toutes les compétitions. J’ai faim de trophées, je veux gagner tous les titres possibles. En tant que footballeur, je pense que nous sommes dans une période charnière. On a envie de jouer et de partager avec nos supporters. Ce que je veux, c’est aider l’équipe, et je veux le faire du mieux possible tant que je suis ici. Le plus important est de tout donner. Et nous verrons ce que l’avenir nous réserve. »

Un nouveau choc vous attend contre Manchester City. Selon toi, quelle sera la clé du match ?
« Je pense que la clé est de jouer comme une équipe unie et forte, en respectant l’adversaire, et en sachant que si nous voulons gagner, nous devons faire de notre mieux. C'est une super équipe. Nous avons déjà éliminé d’autres grandes formations, mais tous les matches sont différents et si nous pensons qu'à cause de ce que nous avons fait pour être ici, nous allons gagner, nous nous trompons. Au contraire, nous devrons faire deux fois plus pour atteindre la finale, ce que nous voulons par-dessus tout. »