Ils l'ont fait ! Paris s'envole en finale

Equipe première

C’est fait ! Pour la première fois de son histoire, le Paris Saint-Germain se hisse à la dernière marche de la plus prestigieuse des compétitions. Un moment historique pour le club de la capitale et le football français, au cœur d’une semaine si spéciale où le club fête ses 50 ans. Après l’Atalanta Bergame, les Parisiens ont su répondre avec brio à la problématique posée par le RB Leipzig de Julian Nagelsmann, ancien joueur de Thomas Tuchel, comme un croisement des destinées.

Pour l’occasion, le coach allemand avait décidé de relancer son 4-3-3, enregistrant au passage les retours des virevoltants Di Maria et Mbappé, pour épauler Neymar Jr, élu meilleur joueur des quarts de finale. Le rendez-vous avec l'histoire était pris.

Et d’entrée de jeu, le ton était donné : les Parisiens souhaiteraient mettre le pied sur le ballon pour se rapprocher dangereusement de la surface allemande, tandis que les Lipsiens allaient opérer par des contres foudroyants.
Annoncée comme la clé du match par Thomas Tuchel en conférence de presse, c’est bien de la connexion Mbappé - Neymar Jr que les premières foudres sont tombées dans l’Estadio da Luz !

Sur une ouverture du champion du monde, le numéro 10 parisien, en bout de course, a trouvé le poteau d’un subtil pointu (6e). Dans la foulée, le même Neymar Jr a contré un dégagement qui a profité à Kylian Mbappé mais le but de ce dernier a été refusé pour une main du Brésilien (7e). Et c’est encore le Brésilien qui obtenait 5 minutes plus tard un coup franc tiré subtilement par Angel Di Maria, et repris parfaitement de la tête par Marquinhos. Et le défenseur ouvrait encore le score pour les Rouge et Bleu (0-1, 13e) !

Mais les Franciliens avaient faim. Très faim. Et si les 22 acteurs se sont rendus coup pour coup - à l’image de cette grosse occasion de Kylian Mbappé (16e) ou de l’alerte de Poulsen sur un centre en retrait (25e) - les Parisiens se sont attelés à bien construire sur la largeur pour percer le bloc adverse. Sur coup de pied arrêté aussi, Paris s’est essayé, à l’instar de Neymar Jr qui a tenté directement sa chance sur un coup-franc lointain, se heurtant à nouveau au poteau (35e).

Concentrés, appliqués, les Parisiens n’ont rien lâché pour saler l’addition, redoublant d’effort pour presser sur chacune des relances adverses. Et c’est Angel Di Maria, parfaitement servi après une déviation de Neymar Jr, qui a doublé la mise pour le deuxième but parisien (0-2, 42e), permettant aux hommes de Thomas Tuchel de regagner le vestiaire plus sereinement.

Pour le deuxième acte, les hommes de Nagelsmann ont logiquement tenté de forcer le verrou parisien. Mais la meilleure défense de la compétition a été à la hauteur de sa campagne européenne : solide et plus unie que jamais. De l’autre côté du rectangle vert, l’intensité ne retombait pas non plus. Juan Bernat, resté aux avant-postes, a ainsi profité d’une action confuse pour creuser l’écart d’une tête décroisée (0-3, 57e). À l’autre bout du terrain, Sergio Rico a veillé au grain sur une frappe enroulée de Sabitzer (59e).

Trente minute pour l’histoire. Face à une équipe au pied du mur, les Parisiens n’ont jamais relâché leur vigilance et ont continué leur partition, teintée de maîtrise, de sérénité, d’intelligence tactique et d’une solidarité de tous les instants ! Kylian Mbappé, par trois fois (68, 72e, 80e), Neymar Jr (77e) ou encore Leandro Paredes (79e) n’ont jamais levé le pied sur le but de Gulacsi.

Leipzig est resté menaçant, aussi, mais l’arrière-garde parisienne a fait preuve d’une ténacité admirable, ne relâchant jamais son degré de concentration. Un finish à l’image de la prestation collective des Rouge et Bleu, unis de la 1ère à la 95ème minute pour un objectif commun ! Dimanche, ils auront rendez-vous avec leur destin pour écrire le dernier chapitre d’une aventure formidable.

Pour la première fois de son histoire, le Paris Saint-Germain sera en finale de la Ligue des Champions.