Gigio Donnarumma : le parcours incroyable du portier italien

Equipe première

Après 7 années passées à l’AC Milan, Gianluigi Donnarumma vient de s’engager pour 5 saisons au Paris Saint-Germain. C’est parti pour les présentations !

Il n’a que 22 ans et pourtant, son nom résonne déjà dans toute l’Italie depuis quelques années. Gianluigi Donnarumma.
Il faut dire qu’à lui non plus, on ne lui parle pas vraiment d’âge. Envoyé à l’entraînement dès ses 14 ans avec l’équipe professionnelle de l’illustre AC Milan, il n’avait que 16 ans quand il a débuté un soir d’octobre 2015 dans le grand bain de l’élite italienne. Du jamais-vu dans le Calcio. Un premier match pour une éclosion éclair, qui, tout de suite, l’a propulsé titulaire sur le pré de San Siro. Car le prodige n’a plus jamais été délogé depuis ce soir-là. Et puis, six saisons se sont écoulées, durant lesquelles le jeune gardien a façonné ses gants, son jeu, et sa maturité désarmante dans les cages des Rossoneri. À un poste où l’expérience prime souvent, « Gigio » a fait tomber les barrières en construisant ses propres remparts.

Plus jeune joueur de l’histoire du foot italien à atteindre les 100 matches de championnat, puis à atteindre la barre des 200 capes, Donnarumma a dégagé du poing tous les records de précocité, devant les légendes lombardes comme Maldini, Rivera et Baresi. Des caps symboliques mais ô combien révélateurs.

Le natif de Castellammare di Stabia était déjà immense. 1mètre96 sous la toise, et une reconnaissance à faire pâlir les plus grands portiers. Digne héritier de la tradition des gardiens transalpins, il n’a pas perdu de temps pour exporter son talent vers les cages de la prestigieuse Squadra Azzurra.
Élu meilleur gardien de son premier Euro U17, plus jeune joueur de l’histoire des espoirs italiens à 17 ans, l’ascension était là-aussi fulgurante. De sa sélection à 16 ans avec l’équipe A à ses premières titularisations à seulement 17 ans (là-aussi un record) Gigio a surtout gagné le rôle de n°1 depuis déjà plus de trois ans, devenant le digne successeur de l’immense Gigi Buffon. Et depuis qu’il a endossé le maillot italien, il n’a jamais encaissé plus d’un but, sur un total de 33 matches disputés…

Mais il faut voir plus haut, plus loin. Ce n’est pas pour rien, d’ailleurs, s’il s’est encore distingué durant le début de cet Euro 2020 : aucun but encaissé en phase de groupes et une phase finale ébouriffante. Impérial en quart de finale contre la Belgique et en demi-finale face à l’Espagne, Gigio a fait flamber ses gants dans un Wembley volcanique, détournant deux tentatives anglaises aux tirs aux buts pour mener les siens sur le toit de l’Europe. En même temps, Gigio n’a jamais perdu la moindre séance de tirs aux buts dans sa carrière…

Héros de l’Italie fraichement sacrée, il a aussi été élu meilleur joueur de la compétition, une distinction qui n’avait plus été attribuée à un gardien depuis près de 30 ans. Vous l’avez compris, Donnarumma n’a jamais suscité le moindre débat de l’autre côté des Alpes.

Et puis, il conclue également une saison remarquable en club. Élu meilleur gardien de Serie A, vice-capitaine de son équipe, il a cumulé pas moins de 92 arrêts, 70% des tirs arrêtés et 14 clean sheets, plus que tout autre gardien de son championnat.

Mais c’est aussi l’expérience, du haut de ses 22 ans, qui a de quoi interpeller. En effet, le gamin de Milanello a disputé 251 rencontres avec la formation italienne depuis 2015, au moins 30 de plus que tout autre joueur sur la même période.

215 matches de Serie A, 8 penalty arrêtés et la bagatelle de 71 clean sheets donnent une autre idée de son CV. Une chose est sûre : en s’engageant au Paris Saint-Germain jusqu’en 2026, Donnarumma devrait y ajouter une ligne, puisqu’il y découvrira la Ligue des Champions. De quoi donner encore un peu plus d’épaisseur à ses ambitions.