Georginio Wijnaldum : zoom sur le nouveau milieu de terrain parisien

Equipe première

L’international néerlandais, qui achève 5 années couronnées de succès du côté de Liverpool, s’est engagé avec le Paris Saint-Germain jusqu’en juin 2024.

Première recrue du mercato estival pour le club de la capitale, Georginio Wijnaldum est loin d’être un inconnu sur la scène européenne. Arrivé sur les bords de la Mersey en 2016, Wijnaldum y a disputé pas moins de 237 matches en cinq saisons. Grand artisan de l’intraitable Liverpool qui avait soulevé la Coupe aux grandes oreilles en 2019, la Supercoupe d’Europe et la Coupe du Monde des clubs, il a aussi été un acteur de la conquête vers leur premier titre en Premier League depuis 30 ans.

Preuve de son poids dans l’histoire écrite par Jürgen Klopp, dans la bande à Salah, Van Dijk ou Mané, seul Roberto Firmino (243) avait disputé plus de matches que lui (237) avec Liverpool depuis son arrivée en 2016-2017.
Pourtant, l’international Néerlandais est un homme discret, sur et en dehors du terrain. Sur le rectangle vert, il est de ceux qui aiment polir les statistiques des diamants aux côtés desquels il évolue. Organisateur de jeu, leader, il a effectué pas moins de 51 apparitions toutes compétitions confondues à Liverpool lors de l’exercice 2020-2021 et a eu l’honneur d’être le capitaine à plusieurs reprises. C’est d’ailleurs brassard au bras qu’il a dit au revoir à Anfield lors de son tout dernier match.

Quel genre de joueur est-il ?

Véritable « box-to-box » à l’anglaise, milieu relayeur, capable autant d'endosser les casquettes de défenseur central que d'ailier, Wijnaldum est de ces milieux de terrain très complets, offrant à la fois des qualités physiques, une technique léchée et un état d’esprit irréprochable. Avec 90% de passes réussies avec Liverpool, il affichait d’ailleurs le meilleur pourcentage depuis 2016/17 parmi les Reds à minimum 50 matches sur la période.



Aussi combatif qu’altruiste, capable d’attaquer comme de gratter le ballon dans les crampons des adversaires, le Batave dispose d’un gros volume de jeu qui lui permet d’évoluer dans tous les dispositifs de l’entrejeu, à deux ou à trois. En somme, il est de ceux qui savent tout faire, et ne lâchent rien dans les matches les plus énergivores. Et s’il est aussi à l’aise à la récupération qu'à la construction du jeu, il sait aussi s’offrir la finition comme en témoignent ses 11 buts inscrits avec Newcastle, ses 25 buts au Feyenoord, les 56 qu’il a marqués sous le maillot du PSV Eindhoven et ses 22 pions sous le maillot des Reds. Et puis, il a offert pas moins de 22 buts à la sélection Oranje, dont 8 rien qu’en qualifications pour l'Euro 2020. Et s’il n’a pas le profil du buteur, il en a bien l’opportunisme, à l’image de ce doublé historique dans ce match renversant face à Barcelone en 2019, pour permettre aux Reds de filer vers un sacre historique en Champions League.

Wijnaldum, c’est aussi la force de l’expérience. Des débuts en Eredivisie à 16 ans sous les couleurs du Feyenoord, plus de 560 matches officiels disputés en 14 saisons en club, 41 rencontres disputées rien qu’en Ligue des champions : c’est incontestable, « Gini » a un solide cursus derrière lui. Il sera d’ailleurs le cinquième joueur de l’équipe à avoir remporté la Ligue des champions avec Neymar Jr, Keylor Navas, Rafinha et Angel Di Maria.
Le tout, sans même compter ses 75 sélections cumulées sous le maillot de la sélection néerlandaise, qu’il a d’ailleurs rejoint pour disputer l’Euro 2020.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Gini Wijnaldum (@gwijnaldum)

Wijnaldum, qui reste notamment sur sept saisons consécutives à au moins 40 matches disputés en club, et a pris part à l’intégralité des matches de Premier League la saison écoulée, apporte donc des garanties en termes de temps de jeu et de régularité.
Mauricio Pochettino le sait mieux que personne, pour l’avoir lui aussi rencontré en tant qu’adversaire, comme en finale de l’UEFA Champions League remportée par la bande au Néerlandais.

Et si Wijnaldum a décidé de traverser la Manche et d’adhérer au projet parisien, c’est aussi parce que le Paris Saint-Germain a de belles promesses pour l’avenir. Mais en attendant de découvrir le club de la capitale, le natif de Rotterdam fera son entrée en lice à l’Euro avec les Pays-Bas ce dimanche 13 juin, contre l’Ukraine.

Pour l’anecdote, Gini deviendra le 6e joueur le néerlandais à s'inscrire dans l’histoire du Paris Saint-Germain, poursuivant ainsi l’histoire entamée par Kees Kist en 1982, puis par Pierre Vermeulen, Gregory Van der Wiel ou plus récemment Xavi Simons et Mitchel Bakker.