Ce qu’il faut retenir de la préparation des Parisiens

Equipe première

En trois matches amicaux, le Paris Saint-Germain s’est préparé de la meilleure des manières pour retrouver la compétition.

Privés de terrain depuis mars dernier et confinés sur plusieurs continents, les joueurs du Paris Saint-Germain n’ont pas pu évoluer ensemble pendant près de 4 mois, la crise sanitaire ayant mis à l’arrêt le monde du ballon rond.

Alors, après le sacre des champions de Ligue 1 à distance, la reprise a été progressive du côté du Centre Ooredoo : par petits groupes réduits d’abord, puis en deux équipes distinctes ensuite, avant que l’ensemble de l’équipe puisse enfin s'entraîner collectivement. 
Et puis, pour retrouver des sensations, le plaisir d’évoluer ensemble, mais aussi une condition physique, c’est par le jeu que la préparation devait passer. Le club a donc eu trois rencontres amicales pour se jauger.

De belles victoires pour signer les retrouvailles

9-0 face au Havre, 7-0 face au club belge de Waasland Beveren et 4-0 contre les Écossais du Celtic FC : c’est le bilan plus que positif des confrontations estivales du Paris Saint-Germain. Clinique, sans bavure.

Avec la bagatelle de 20 buts inscrits, sans en encaisser un seul en trois rencontres, Paris n’a pas manqué le virage de cette reprise en douceur. Des clean sheets à mettre au crédit de l’ensemble de la défense, des trois portiers sollicités (Navas, Rico et Bulka), tandis que la force de frappe offensive a très vite retrouvé ses automatismes dans la zone de vérité.
Les filets ont tremblé sous les crampons de neuf Parisiens : trois buts signés Mauro Icardi, un doublé d’Eric Maxim Choupo-Moting, un but dans chacune des trois rencontres pour Kylian Mbappé, pas moins de quatre buts pour Neymar Jr, trois buts pour Pablo Sarabia, mais aussi des réalisations d’Idrissa Gueye ou d’Ander Herrera. Cerise sur le gâteau, ces amicaux ont aussi permis à Loïc Mbe Soh et Arnaud Kalimuendo d’enregistrer leur tout premier but en pro.

Du rythme pour l’équipe

Pas moins de 24 joueurs ont été sollicités par Thomas Tuchel lors de ces trois rencontres. Changement de 10 des 11 joueurs d’une mi-temps à l’autre du côté du Havre, rotation constante au cours des 4 quart-temps de 30 minutes face à Waasland Beveren, et remplacement de l’ensemble de l’équipe pour la seconde mi-temps contre le Celtic : le coach allemand a pu largement revoir réaliser une revue d’effectif afin de donner du temps de jeu à tous les joueurs.
À noter que Kays Ruiz-Atil, Timothée Pembélé et Arnaud Kalimuendo ont profité de cette rentrée pour disputer leurs toutes premières rencontres avec le groupe professionnel.

Du bonheur et des beaux gestes

Ces trois matches ont offert du spectacle aux amoureux du club de la capitale : de la passe aveugle de Neymar Jr à la superbe reprise de Pablo Sarabia sur un ballon léché de Marco Verratti, en passant par l’audacieux penalty offert à Mauro Icardi ou le double contact d’Eric Maxim Choupo-Moting.
Elles ont permis aux joueurs de se retrouver, de combiner, et de célébrer ensemble sur le rectangle vert, mais aussi et surtout de permettre au Parc des Princes de rouvrir ses portes.

Enfin, c’est avec sérieux que les Parisiens ont abordé ces rencontres, placées sous le signe du respect de l’adversité.

« Je suis content parce qu'on a été sérieux, on a fait le nécessaire pour gagner, pour marquer quatre buts sans en encaisser, et sans avoir la moindre blessure. Ce sont des matches amicaux, mais on a été très sérieux, on a mis beaucoup d'intensité, et c'était bien pour arriver aux finales avec de la confiance, montrer qu'on peut marquer et souffrir aussi », s’est d’ailleurs félicité Thomas Tuchel au micro de PSG TV après la dernière victoire.

Désormais, le Paris Saint-Germain va devoir passer à l’étape supérieure, et se replonger dans le vif de la compétition. C’est dans l’enceinte du Stade de France, dès ce vendredi, que les Parisiens affronteront Saint-Étienne en finale de la Coupe de France, avant de se mesurer à l’Olympique Lyonnais pour l’ultime édition de la Coupe de la Ligue… Et s’envoler vers le Portugal pour le quart de finale de la Ligue des Champions. Les choses sérieuses re(commencent).