50 matches de légende : Un Classique pour Hechter

Equipe première

Dans le cadre du 50e anniversaire du club de la capitale, PSG.FR vous propose de revivre quelques-uns des plus grands matches de l'histoire du Paris Saint-Germain. Aujourd'hui, on revient sur la victoire rageuse des Parisiens dans un Classique de la fin des années 70...

Ce 8 janvier 1978, le Paris Saint-Germain est en crise… Contre le leader du championnat, le club de la capitale va-t-il réagir malgré les sanctions et les incertitudes après la radiation à vie de son président, Daniel Hechter ?

/media/162565/papier-1978-5.jpg

Les joueurs parisiens, avec les deux jumeaux Brisson sur la pelouse (Gilles et François) vont donner la réponse sur le terrain et réussir une performance exceptionnelle...
Dès le début du match, Mustapha Dahleb frappe sur le poteau puis quelques secondes plus tard, Carlos Bianchi est fauché dans la surface de réparation par Zvunka. L’attaquant argentin veut se faire justice lui-même mais rate le penalty (2e). Marseille est plus réaliste et ouvre le score sur un penalty de Boubacar après une faute de Thierry Morin (0-1, 12e).

Le Paris Saint-Germain domine et Dahleb frappe une nouvelle fois sur le poteau (22e). Cela ne décourage pas les attaquants parisiens, et François Brisson égalise logiquement sur une frappe puissante qui trouve la lucarne droite du gardien marseillais Migeon (1-1, 29e). Le public est ravi, Carlos Bianchi tire… sur le poteau (35e) puis échoue d’un rien face à Migeon (42e). Dahleb est enfin récompensé de ses efforts quelques secondes avant la pause : le capitaine parisien reprend une balle de Bianchi détourné par le gardien marseillais et donne un avantage mérité à son équipe (2-1, 44e).

/media/162566/papier-1978-4.jpg

Les joueurs parisiens rejoignent les vestiaires sous les applaudissements et vont mettre fin aux espoirs marseillais dès leur retour sur la pelouse, sur un but de la tête du marseillais Marius Trésor… qui marque contre son camp (3-1, 46e). Trois minutes plus tard, François M’Pelé transforme un penalty sifflé après une faute de Bacconnier sur François Brisson (4-1, 49e).

Il n’y a plus qu’une équipe sur le terrain, Carlos Bianchi, dans un jour sans, rate une nouvelle occasion de marquer (56e) puis M’Pelé inscrit le cinquième but de son équipe sur un tir-canon à plus de trente mètres sur lequel Migeon ne peut que constater les dégâts (5-1, 81e).

/media/162567/papier-1978-3.jpg

Le Paris Saint-Germain a inscrit cinq buts magnifiques et réussi une démonstration extraordinaire devant 34 000 spectateurs conquis. Daniel Hechter présent dans les tribunes est acclamé puis, à la fin du match, le capitaine Dahleb remet le ballon du match à son ancien Président.

Larqué explique ce geste : « Je trouve normal que les gars aient voulu rendre hommage à leur ex-Président. Il a pris le club en Division 2, il le laisse en Division 1. C’est un beau cadeau qu’il fait aux Parisiens. Notre victoire me fait plaisir car elle a été obtenue avec panache. Ce match avait incontestablement un caractère exceptionnel et j’espère que mes joueurs sauront retenir la leçon de cette rencontre. »

/media/162568/papier-1978-2.jpg

PARIS SAINT-GERMAIN - OLYMPIQUE DE MARSEILLE : 5-1 (2-1)
Division 1 - 23e journée, 8 janvier 1978
Parc des Princes (Paris)
Arbitre : Robert Wurtz.
Buts : F. Brisson (29e), Dahleb (44e), Trésor (46e csc) et M’Pelé (49e s.p., 82e) pour le Paris Saint-Germain, Boubacar (12e s.p.) pour Marseille.
PARIS SAINT-GERMAIN : Bernard - Pilorget, Morin, Heredia (Justier, 89e), G. Brisson - Renaut, Redon, M’Pelé - F. Brisson, M’Pelé, Bianchi, Dahleb. Entraîneur : Larqué.
MARSEILLE : Migeon - Baulier (Truqui, 60e), Zvunka, Tresor, Bracci - Bacconnier, Linderoth, Fernandez, Boubacar - Berdoll, Emon (Lendo, 60e). Entraîneur : Markovic.