La Chronique du Mondial : Laure Boulleau

À l’occasion de la Coupe du Monde Féminine, qui se tient en France du 7 juin au 7 juillet, une chronique dédiée à la compétition est tenue par d’anciennes joueuses. Après Sabrina Delannoy la semaine dernière, deuxième épisode aujourd’hui avec Laure Boulleau. Au programme : les premiers matches de la compétition, les premiers pas des Parisiennes et ses pronostics pour le match entre la France et la Norvège.

Les premiers matches de la compétition

« Cette première semaine a été très positive dans son ensemble. On a vu une Coupe du Monde avec des stades quasiment pleins et avec beaucoup d’ambiance. Je pense forcément au match d’ouverture entre la France et la Corée du Sud au Parc des Princes, avec un match à guichets fermés. Il y a eu de beaux buts, notamment celui d’Amandine Henry. J’ai l’impression que les Français sont au rendez-vous, et pas forcément que de l’équipe de France. Les stades ne sont pas forcément pleins mais ils vivent bien. J’ai eu la chance d’aller superviser l’Espagne au Havre. Le stade était quand même bien rempli. Globalement, je trouve que c’est quand même assez positif. Il y a quand même des matches qui ont été un peu décevants, à l’image d’Argentine-Japon. Il y a aussi eu des matches avec des manques d’intensité, d’attractivité. Mais on a quand même eu de très belles surprises. »

Les Parisiennes

« L’Espagne a été décevante, même si elle est revenue dans le match. Une équipe tout en possession mais qui manque globalement de rythme, notamment dans les 30 derniers mètres. Irene (Paredes) n’a pas fait son meilleur match mais bon elle a géré comme elle sait le faire. Et puis on peut quand même parler de Jennifer Hermoso, l’ancienne Parisienne, qui a notamment marqué un doublé pour remettre l’Espagne dans le droit chemin.

Kadidiatou (Diani) a fait un très bon match avec les Bleues. C’est une fille qui est très régulière et qui, la plupart du temps, est titulaire. La particularité est qu’elle n’a pas joué dans son couloir droit habituel. Corinne Diacre a fait le choix de la mettre attaquante et elle l’a justifié par l’expérience mais aussi par la recherche de profondeur dans le dos des Coréennes. C’est toujours un plaisir de voir les joueuses parisiennes évoluer et s’exprimer dans ce Mondial.

Christiane (Endler) a tout de suite marqué les esprits. Le Chili a joué la Suède et, comme on pouvait si attendre, les Suédoises ont largement dominé, ce qui est plutôt un avantage pour mettre en évidence la gardienne chilienne. Christiane a donc retardé l’échéance au maximum et malheureusement elles ont pris ces deux buts en fin de match. Mais sans une grande Christiane, le Chili aurait coulé très rapidement.

Ashley (Lawrence) a aussi été impressionnante avec le Canada. Elles ont gagné leur premier match un peu dans la difficulté contre le Cameroun et on a vu une Ashley qui a été très régulière. Elle a mis beaucoup d’intensité, répété beaucoup de courses et a montré qu’elle pouvait aussi bien jouer à droite qu’à gauche. Elle est aussi utilisée comme milieu de terrain. C’est une joueuse polyvalente qui plaît bien au coach canadien qui l’utilise dans de nombreux postes. »

Faits marquants de cette première semaine

« L’engouement populaire m’a surpris, surtout pour certains matches. J’ai en tête le Jamaïque-Brésil qui était à Grenoble et franchement, ce match m’a épaté. Cette compétition prend bien au niveau médiatique, mais aussi au niveau du business. On voit beaucoup de sponsors s’intéresser à la compétition. Il y a plein de belles choses alors que la Coupe du Monde vient juste de commencer. Donc on se dit si la France fait un parcours exceptionnel, cela peut générer quelque chose d’énorme, ici, en France.

Il y a aussi eu ce carton des États-Unis. Elles ont eu des matches amicaux toute l’année un petit peu décevants. On a vu des niveaux de performance qui n’étaient pas à leur hauteur. Mais, comme d’habitude lorsqu’elles arrivent en compétition c’est une toute autre équipe. Déjà elles avaient toutes leurs titulaires, ce qui change énormément. Et ce carton plein, c’est une bonne chose pour les USA, mais pas trop pour le football féminin dans son ensemble. Voir un 13-0 dans une Coupe du Monde montre qu’il y a encore une grosse différence entre certaines nations. Mais elles ont planté le décor et je pense qu’elles sont venues là pour gagner ce titre et elles l’ont montré dès leur premier match. »

France - Norvège

« Ce match sera beaucoup plus difficile. La Norvège, qui a gagné son premier match 3-0 contre le Nigéria, sera plus coriace que les Coréennes. Je pense notamment à leur attaquante Caroline Graham Hansen qui est une joueuse exceptionnelle. Un talent qu’on pourra suivre pendant cette compétition. Je pense que les Françaises vont essayer de mettre la même intensité qu’elles ont mise lors de la première période contre la Corée du Sud, pour tout de suite les étouffer, pour essayer de marquer rapidement, car plus le temps passera, plus ce sera compliqué.

Surtout que la Norvège a de grosses qualités sur les coups de pieds arrêtés vu que leurs joueuses sont très grandes. Il faudra donc être très vigilant. Je pense aussi que la France est contente de jouer contre un adversaire plus relevé. Parce qu’on a l’impression qu’elles ont gagné contre la Corée de manière un petit peu trop facile. Même si je pense que ce sont elles qui se sont données les moyens de se rendre ce match facile. Mais elles ont aussi besoin de se prouver qu’elles sont capables de battre de grandes équipes. »