Coupe du Monde féminine : Coup d’envoi imminent

La Coupe du Monde féminine, qui se déroule en France du 7 juin au 7 juillet, va commencer ce vendredi. La France ouvrira le bal contre la Corée du Sud au Parc des Princes. Présentation.

C’est donc en France que les 24 meilleures nations mondiales se sont données rendez-vous pendant un mois pour désigner le successeur des États-Unis, tenants du titre. Regroupées en six groupes de quatre, les équipes en lice vont s’affronter du 7 au 20 juin. Objectif : décrocher un des 16 billets pour les huitièmes de finale réservés aux deux meilleurs de chaque groupe, ainsi qu’aux quatre meilleurs troisièmes. Place ensuite à la phase à élimination directe du 22 juin au 7 juillet et la grande finale à Lyon. Au total, 52 matches nous attendent tout au long de ce mois de compétition, répartis dans neuf villes : Grenoble, Reims, Valenciennes, Le Havre, Montpellier, Rennes, Nice, Lyon et bien sûr Paris et le Parc des Princes, qui accueillera sept rencontres dont le match d’ouverture opposant la France et la Corée du Sud.

Parmi les 552 joueuses présentes en France pour représenter leur nation, 11 sont Parisiennes. Eve Perisset, Grace Geyoro et Kadidiatou Diani défendront le maillot de l’Équipe de France. Cette compétition sera aussi l’occasion de voir à l’œuvre les deux nouvelles recrues du Paris Saint-Germain, l’Allemande Sara Däbritz et la Canadienne Jordyn Huitema (coéquipière d’Ashley Lawrence), évoluer sous leurs couleurs nationales avant de les voir enfiler le maillot parisien.

D’ailleurs, Däbritz sera opposée à deux de ses nouvelles coéquipières lors du premier tour : la Chinoise Wang Shuang le 8 juin et l’Espagnole Irene Paredes le 12 juin. Ces deux dernières se retrouveront également au Havre le 17 juin. Dans le même temps, Hanna Glas et la Suède iront affronter le 11 juin le Chili de Christiane Endler, nation qui participe à sa toute première Coupe du Monde féminine.

La Brésilienne Formiga pourrait quant à elle écrire l’histoire pendant la compétition. Si elle entre sur le terrain, la milieu de terrain brésilienne de 41 ans battra le record de Christie Rampone, âgée de 40 ans et 11 jours lors de la finale 2015 qui a opposé les États-Unis au Japon. Elle deviendrait alors la doyenne de l’histoire de la compétition et la première footballeuse à disputer sept éditions de l’épreuve suprême version dames, elle qui a été sélectionnée pour la Coupe du Monde 1995 en Suède, à seulement 17 ans.