Naples, 26 ans après...

Le Paris Saint-Germain reçoit Naples pour le choc de la 3e journée de la poule C de la Ligue des champions. Ce n’est pas une première pour les deux équipes, qui s’étaient déjà croisées à la fin de l’année 1992, en 16eme de finale de la Coupe UEFA. Retour sur ces deux rencontres, avec la qualification des Parisiens à la clé.

Après avoir facilement passé le premier tour européen face aux Grecs du PAOK Salonique (2-0, 3-0 sur tapis vert), c’est un adversaire d’un tout autre calibre que le Paris Saint-Germain va affronter : le Napoli entraîné par Claudio Ranieri, avec un redoutable trio offensif composé du Brésilien Careca, de l’Uruguayen Daniel Fonseca et du stratège italien Gianfranco Zola.

Match aller : le 21 octobre 1992 à Naples

Premier choc en Europe pour les Parisiens depuis l’arrivée de Canal+ un an plus tôt. Amoindri par une grippe, George Weah va pourtant montrer qu’il est bien remis devant 35 000 Napolitains médusés... Après un quart d’heure de jeu, « Mister George » reprend de volée un coup franc de Valdo pour l’ouverture du score (16e). Le buteur libérien double rapidement la mise en reprenant victorieusement de la tête un corner de Vincent Guérin (35e). Paris conserve ses deux buts d’avance malgré un tir de Zola sur le montant en fin de match (82e) pour faire un grand pas vers la qualification, mais Artur Jorge reste prudent avant le match retour : « Il fallait être très fort pour s'imposer. On a vraiment joué comme une équipe et le score reflète parfaitement la physionomie du match. On a fait une grande partie du chemin, mais il reste la deuxième manche et il ne faut pas s'enflammer. »

La fiche du match :

SSC NAPLES - PARIS SAINT-GERMAIN : 0-2 (0-2)
Coupe UEFA - 16e de finale aller
Stadio San Paoli - 35 000 spectateurs environ
NAPLES : Galli - Ferrara, Francini, Corradini (Policano, 82e), Crippa - Pari, Thern, Mauro, Zola - Careca, Fonseca. Entraîneur : Claudio Ranieri.
PARIS SAINT-GERMAIN : Lama - Sassus, Ricardo, Roche, Colleter - Le Guen, Fournier, Guérin, Valdo - Ginola (Bravo, 89e), Weah (Calderaro, 82e). Entraîneur : Artur Jorge.

Match retour : le 4 novembre 1992 à Paris

Malgré une surprenante défaite face à Nîmes en championnat au Parc des Princes quelques jours plus tôt (2-3, le 30/10/1992), la première de la saison, le Paris Saint-Germain aborde la rencontre face à Naples fort de ses deux buts d'avance. Les Rouge et Bleu gèrent tranquillement cet acquis, et les Napolitains inquiètent rarement la défense parisienne, très concentrée. Après la pause, les deux équipes poursuivent sur ce faux rythme, et les défenseurs italiens durcissent la rencontre, multipliant les fautes, particulièrement sur David Ginola. Le Paris Saint-Germain tient sa qualification malgré une dernière tentative du buteur napolitain Careca dans les arrêts de jeu et réussit son premier exploit européen, pour le huitième anniversaire de la chaîne cryptée. Artur Jorge est satisfait : « On a démontré qu'on était une vraie équipe. Nous avons respecté les règles du football moderne, avec les bons choix tactiques et une organisation sans faille. Tant que nous garderons cette organisation, nous serons très forts. »

Macro alias: stadionWidge

La fiche du match :

PARIS SAINT-GERMAIN - SSC NAPLES : 0-0 (0-0)
Coupe UEFA - 16e de finale retour
Parc des Princes - 43 605 spectateurs
PARIS SAINT-GERMAIN : Lama - Sassus, Ricardo, Roche, Colleter - Le Guen, Fournier, Guérin - Valdo, Ginola (Bravo, 89e) - Weah (Calderaro, 88e). Entraîneur : Artur Jorge.
NAPLES : Galli - Ferrara, Francini, Corradini, Tarantino - Pari, Carbone (Careca, 61e), Thern, Mauro - Zola (Crippa, 76e), Fonseca. Entraîneur : Claudio Ranieri.