Acte 5 face à l’Étoile Rouge

Mercredi soir au Parc des Princes, le Paris Saint-Germain va affronter pour la première fois de son histoire lors d’une rencontre officielle l’Étoile Rouge Belgrade, mais les deux équipes se sont déjà croisées à quatre reprises lors de matches amicaux.

Acte 1 : 12 juin 1979, Tournoi de Paris, au Parc des Princes
C’est un Paris largement remanié qui affronte le club de Belgrade en demi-finale de son tournoi estival. Le gardien de but Dominique Baratelli est absent, remplacé par son compère de l’Équipe de France André Rey, qui renforce les Rouge et Bleu pour cette occasion. Autres renforts de poids : le défenseur niçois Henri Zambelli, le meneur de jeu israélien Uri Malmilian, mais surtout la star argentine de Saint-Étienne, le fougueux défenseur Oswaldo Piazza. Paris domine avant d’encaisser deux buts en fin de rencontre signés Savic et Kovacevic, mais les 20 000 spectateurs présents au Parc des Princes apprécient le spectacle (score final 0-2).

Acte 2 : 8 février 1987, à Saint-Gratien
L’entraîneur du Paris Saint-Germain Tomislav Ivic a invité son compatriote Velibor Vasovic, ancienne star du Partizan… et entraîneur de l’Étoile Rouge. Un coach que les supporters Rouge et Bleu connaissent bien, avec deux passages à Paris en 1976-1977 puis en 1978-1979. À Saint-Gratien, les deux équipes se quittent sur un résultat de parité (2-2), avec des buts signés Daniel Xuereb et Vahid Halilhodzic.

Acte 3 : 6 février 1989, à Bercy
Le Paris Saint-Germain organise son tournoi en salle à Bercy et affronte l’Étoile Rouge, et s’incline face aux joueurs de Belgrade (4-6) malgré un grand Safet Susic auteur de deux buts face à ses compatriotes. Il sera élu meilleur buteur du tournoi avec onze buts inscrits, un record dans cette compétition amicale.

Acte 4 : 23 mai 2010, à Chicago
C’est aux États-Unis, dans le cadre de la Chicago’s Cup, que Paris retrouve l’Étoile Rouge, pour la finale du tournoi. Un match engagé, et un résultat nul malgré l’expulsion de Zoumana Camara (deux cartons jaunes pour le défenseur parisien). Menés au score et réduits à dix, les joueurs entraînés par Antoine Kombouaré vont trouver les ressources pour égaliser grâce à Marcos Ceara, avant de s’incliner lors de la séance des tirs au but.