A une marche du triplé

Le contexte :
Double tenant du titre, le Paris Saint-Germain Handball se présentait, samedi après-midi, dans l’Antarès du Mans, pour tenter de décrocher son billet pour une quatrième finale consécutive de Coupe de la Ligue, le lendemain. Il fallait donc s’imposer dans ce derby délocalisé, face à Ivry. L’USI faisait office d’outsider dans ce Final4 (auquel participaient également Saint-Raphaël et Montpellier), suite à sa place de premier non-relégable de Lidl StarLigue.

Le résumé :
Dès les premiers instants, les Rouge et Bleu endossent parfaitement leur costume de favori de la rencontre. En effet, il ne faut patienter que deux minutes pour voir Nedim Remili faire le break (2’ : 0-2). L’avance parisienne ne cesse ensuite plus d’augmenter ! Dans le secteur offensif, nos Experts, Nedim (9’ : 1-4), Luc Abalo (11’ : 2-6) et Nikola Karabatic, contribuent à cette belle montée en puissance (12’ : 2-7). Mais l’écart grandit aussi parce que notre défense ne laisse que très peu d’espace à l’attaque ivryenne. Même lorsque cette dernière parvient à trouver des solutions devant Viran Morros et Luka Karabatic, l’obstacle Thierry Omeyer se dresse sur leur route (17’ : 4-8). Notre dernier rempart s’offre au passage, un arrêt sur jet de 7m devant Mortem Vium (25’ : 5-12). Jusqu’au repos, les hommes de Raul Gonzalez ne relâchent pas l’accélérateur (30’ : 7-15).

On ne peut que souligner la belle stratégie du technicien espagnol, qui ne cesse de faire tourner son effectif dans cette partie, en vue de l’éventuelle finale de dimanche. Au retour des vestiaires, tout le monde peut donc s’illustrer (36’ : 11-18). Si la fratrie Karabatic, qui combine ensemble pour faire trembler les filets (43’ : 16-21), était déjà là durant le premier acte, ce n’était pas le cas de Rodrigo Corrales. Notre gardien ne tarde pas à se mettre dans le bain et imite son aîné en repoussant un penalty de Johan Boisedu (46’ : 17-23). De son côté, Kim Ekdahl du Rietz nous offre un bel exploit technique, en éliminant deux défenseurs avant de trouver une barre rentrante (50’ : 19-24). Le sort du match semble scellé dans les derniers instants et les Rouge et Bleu font en sorte, aux deux extrémités du terrain, que ça soit le cas jusqu’à la fin. Ainsi, Adama Keita trouve le chemin du but depuis l’aile droite (53’ : 19-26), alors que Rodrigo repousse un second jet de 7m (57’ : 21-26). Le Paris Saint-Germain Handball gère parfaitement les derniers instants et valide son billet pour la finale (22-27).

Le Parisien dans le match : Thierry Omeyer
Si le club de la capitale a pu prendre si rapidement une belle avance, c’est parce que Thierry Omeyer a verrouillé la cage parisienne. Bien aidé par sa défense, notre capitaine a connu plusieurs séries d’invincibilité au cours de la première période, qui se sont avérées décisives en fin de rencontre. Il termine la partie avec 8 parades sur les 15 tentatives adverses et un joli bilan de 53% de réussite.

Le mot : Gestion
Avec deux matchs importants en 24h (en cas de victoire lors de la première rencontre), il est important de bien gérer les organismes. Notre duo d’entraîneurs espagnols, Raul Gonzalez et Jesus Gonzalez l’ont parfaitement assimilé et ont fait participer tous les Parisiens à cette partie. Sur les 13 joueurs de champ, 11 ont d'ailleurs trouvé le chemin des filets. Mentions spéciales à Sander Sagosen (4 sur 4), Luc Abalo (3 sur 3) et Luka Karabatic (1 sur 1), qui ont fait mouche sur chacune de leurs tentatives.

Dans le viseur :
Dimanche après-midi, le Paris Saint-Germain Handball disputera donc une quatrième finale de Coupe de la Ligue consécutive. A noter qu’il a remporté les deux dernières, face à Nantes en 2017 et Toulouse en 2018. Il affrontera le vainqueur de l’opposition entre Montpellier et Saint-Raphaël. Une occasion parfaite pour remporter le premier trophée de la saison !

(Crédits : J.Azouze/PSG)