Ça démarre bien !

Le contexte :
Pour débuter l’année 2019, le Paris Saint-Germain Handball retrouvait l’adversaire qu’il a le plus affronté en 2018, le H. Jeudi soir, le duel s’étendait à l’échelle européenne puisque les deux formations se faisaient face en Velux EHF Champions League, lors de la 11ème journée. Si les Rouge et Bleu pouvaient conforter leur première place dans le groupe B, les locaux, quant à eux, étaient encore loin d’être qualifiés, avec une 4ème place pour 9 points au compteur.

Les faits marquants à la loupe :
Alors que les deux équipes nous ont habitués à des duels prolifiques, il faut attendre 5 minutes pour enfin voir le compteur de la rencontre se débloquer, par l’intermédiaire d’Uwe Gensheimer sur jet de 7m (5’ : 0-1). Paris maîtrise parfaitement sa rencontre, notamment en défense, où Thierry Omeyer multiplie les parades. Une belle solidité qui permet aux deux ailiers, Uwe et Luc Abalo, de se régaler sur contre-attaques, à l’image du kung-fu inscrit par le second sur une passe du premier (14’ : 5-9). L’avance du club de la capitale grimpe jusqu’à 6 unités, lorsque Lucio se montre encore décisif (20’ : 6-12). Touché, mais pas encore coulé, le H réagit dans ce premier acte. Si bien que grâce à Kiril Lazarov, il revient presque à hauteur à quelques instants du repos (28’ : 15-16). Finalement, Sander Sagosen et Viran Morros permettent aux joueurs de Raul Gonzalez de rentrer plus sereinement aux vestiaires (15-18).

Ce scénario dure encore une bonne partie de la seconde période. Mikkel Hansen (33’ : 16-20), Sander (40’ : 21-24) et Nedim Remili maintiennent l’écart (42’ : 22-26). Face à la belle arrière-garde parisienne, les Nantais éprouvent de grosses difficultés à trouver des solutions. Dans ce contexte, les minutes passent et Paris est toujours devant (45’ : 23-27). Comme ci ce n’était pas encore suffisant, Mikki, à l’aide d’un tir signé depuis les 9m glace encore un peu plus le Palais des Sports Beaulieu (50’ : 25-29). Nikola Karabatic participe également à l’euphorie offensive (54' : 28-32). L'écart au buzzer (31-35), bonifié sur celui du premier acte, illustre parfaitement la maîtrise affichée par le Paris Saint-Germain Handball, qui s’impose et confirme son leadership dans le groupe B.

Un Parisien dans le match : Henrik Toft Hansen
Plusieurs de nos joueurs auraient pu prendre place dans cette catégorie. C’est finalement Henrik Toft Hansen, qui sort du lot. L’international danois, fraîchement sacré champion du monde sur ses terres, a brillé par son efficacité en trouvant le chemin des filets sur ses six tentatives. Il compte donc 31 réalisations depuis le début de l’exercice. A noter que notre défenseur, Viran Morros, a lui aussi terminé à 100% de réussite, avec deux buts sur ses deux tentatives.

Le mot : Sérénité
Malgré plusieurs grands écarts, le club de la capitale a vu son adversaire du soir recoller… sans jamais le rejoindre ! La sérénité défensive a permis à Luka Karabaric et ses coéquipiers de toujours garder les devants dans cette partie et de ne jamais être menés.

Le chiffre : 5
Après 11 journées européennes, le Paris Saint-Germain Handball compte provisoirement 5 unités d’avance sur son dauphin, Szeged. Les Hongrois rattraperont leur match de retard, dimanche, sur le terrain de Celje. Les Rouge et Bleu n’ont plus besoin que de deux victoires (sur trois matches), pour officialiser leur première place directement qualificative pour les quarts de finale de la Ligue des Champions.

(Crédits : J.Azouze/PSG)