La saison est lancée !

Equipe première

/media/29290/score-rennes-v3.jpg

Les faits marquants à la loupe :
Après le Stade de France, Parisiens et Rennais se retrouvaient dans la touffeur du Shenzhen Universiade Sport Center. Trois mois plus tard - autant dire une éternité à l‘échelle du football moderne - place donc au coup d’envoi officiel de cet exercice 2019-2020. Alors, les Rouge et Bleu entendaient mettre d’entrée les pendules à l’heure… Rapidement, les Parisiens (sextuples tenants du titre) semblent prendre la mesure de l’évènement, de leurs adversaires bretons surtout, qui honoraient leur toute première participation. Illustration sur cette tête de Kerher, qui vient mourir sur la transversale (11e) ! Déjà sur le reculoir, les Rennais vont pourtant entretenir l’espoir, sur un contre conclu par Hunou (0-1, 13e).

/media/29287/papier-herrera-1.jpg

Au propre comme au figuré, la température ne cesse alors de grimper sur la cage rennaise. Un missile de Sarabia (16e) ou encore une frappe d’Herrera (18e) enflamment Koubek. Les recrues sont en vue, Verratti aussi lorsqu’il lance Mbappé, qui ne peut redresser sa volée (40e). Cavani non plus ne parvient pas à surprendre Koubek en déséquilibre (44e). Après 45 minutes, le constat est là : Paris a dicté le rythme, mais se retrouve mené. Autant dire que c’est très mal payé. Finalement, le coffre-fort rennais va céder et la révolte est à mettre au crédit de Mbappé, à la réception d’un service de Sarabia (1-1, 57e) !

/media/29285/26.jpg

 Chacune de ses prises de balle est escortée d’une clameur, mais ses coups de rein mettent surtout le vacarme dans la défense rennaise, puisque seul Koubek peut stopper les accélérations du TGV français (62e) !  Di Maria vient d’entrer (61e) et met lui aussi le portier rennais à contribution (68e)… puis au supplice, sur un coup-franc magique (2-1, 73e) ! Dans le moneytime, Del Castillo (90e+2) puis surtout Camavinga (90e+3) animeront le sursaut breton, sans parvenir à l’égalisation. A une semaine de la reprise de la L1, les Parisiens s’offrent le 40e titre de leur histoire. La saison est lancée… et le premier trophée empoché !  

Un Parisien dans le match : Angel Di Maria  
Bis repetita pour Angel et sa patte gauche inégalable ! Il y a un an, lors de ce même Trophée des Champions, Di Maria avait régalé avec un doublé (dont un superbe coup-franc). Entré à l’heure de jeu, Angel le diabolique a récidivé, en mystifiant Koubek d’un maitre ballon enroulé (73e). Son 70e but sous le maillot rouge et bleu est un modèle du genre. Titulaire ou impact player, l’Argentin affectionne décidément les débuts de saison !

Le mot : Globetrotters
De Libreville en 2013, à Shenzhen lors des deux dernières éditions, en passant par Montréal en 2015 : le verdict est immuable. Au terme de sa 12e participation (un record), le Paris Saint-Germain a soulevé ce samedi ce Trophée pour la 9e fois (une performance inégalée), devenant même le premier club à s’offrir 7 sacres d’affilée (devant l’OL, lauréat 6 fois consécutivement). Qu’importe le continent, les Parisiens répondent toujours présents !

/media/29286/papier-cavani-1.jpg

Dans le viseur : 
Après ce China Tour 2019, il sera désormais question de viser là aussi une 9e étoile, cette fois en championnat… Dès dimanche prochain (21h), les Champions de France retrouveront le Parc pour leur baptême du feu en L1, face à Nîmes, tombé dans la capitale en février dernier (3-0). Invaincu la saison dernière en L1 à domicile (17 victoires, 2 nuls), Paris entendra donc soigner son hospitalité d’entrée !