Les abonnés présents au Parc des Princes ce samedi après-midi pourront dire qu’ils ont assisté à la première sortie de Giuly et Makelele sous le maillot du PSG. Encore en préparation, les deux dernières recrues du PSG ont disputé la première période de ce match amical face à La Gantoise logiquement remporté 2 à 1 par le PSG.

Avant cela, les deux joueurs, ont eu le droit à une standing ovation de la part des 10 000 privilégiés présents en ce jour de présentation de l’équipe. Beaucoup d’applaudissements pour les deux internationaux, ainsi que pour Stéphane Sessegnon et Guillaume Hoarau, qui découvraient également leur nouveau jardin.

Stéphane Sessegnon sera d’ailleurs le premier à se mettre en avant balle au pied. Le Béninois gratifie le Parc d’une accélération qui laisse son adversaire les crampons plantés dans le gazon (6e). Forcément, tous les regards se portent sur les numéros 4 et 7, ceux qu’arborent Giuly et Makelele. Le brassard de capitaine autour du bras, l’ancien Blues de Chelsea ne cesse d’encourager ses équipiers. Moins disert, Giuly opte, lui, pour une frappe aussi puissante que millimétrée pour marquer ses débuts en rouge et bleu (26e).

Dans la foulée, Giuly combine avec Sessegnon mais la frappe de ce dernier est contrée par un défenseur belge (29e). Juste avant la pause, Jorgacevic sort le grand jeu face à Hoarau qui avait son premier but au Parc au bout du pied (40e). Les deux équipes rejoignent donc le vestiaire sur ce score de parité. C’est aussi le moment choisi par Paul Le Guen pour remplacer Giuly, Makelele et Cearà par Bourillon, Luyindula et Mabiala (45e).

Toujours aussi actif, Rothen centre fort devant le but, il suffit alors à Luyindula d’effleurer le ballon pour tromper le gardien de La Gantoise (1-0, 57e). Tout juste entré en jeu, Pancrate profite d’un excellent travail de Bourillon pour doubler la mise d’une magnifique reprise de volée (2-0, 65e). Après deux balles de 3 à 0 (Pancrate et Luyindula), ce sont finalement les Belges de La Gantoise qui inscriront le dernier but de la soirée. Une frappe lointaine de Azofeifa, qui termine sa course le long du poteau (2-1, 78e). Imparable ! Une dernière parade de Landreau (86e) soulève les applaudissements d’un Parc des Princes séduit par son équipe à défaut d’être déjà conquis. Tous se sont déjà donnés le 16 août pour la réception de Bordeaux.