Pluie d’étoiles ce samedi soir, pour le lancement de la saison 2012-2013 du Paris Saint-Germain à domicile ! Paris face au Barça, l’affiche est alléchante, prometteuse, et bien entendu à même de se jauger pour les hommes de Carlo Ancelotti face à la machine à titres catalane.

Et à match exceptionnel, plateau exceptionnel. Jugez par vous-mêmes : D’un côté le très attendu nouveau tandem offensif parisien, Lavezzi-Ibrahimovic, pour ses premiers pas devant son nouveau public. De l’autre, l’armada blaugrana emmenée par un certain Leo Messi, Triple Ballon d’Or en titre….

A une semaine du coup d’envoi de la Ligue 1, le Paris Saint-Germain passait donc un ultime test, le tout dans un Parc en ébullition. Avec en tête l’idée de conclure une préparation estivale sans faute. Mais aussi et surtout de  prendre son élan, avant un exercice à venir qui s’annonce palpitant.

Et il faudra seulement quelques secondes après la présentation des protagonistes du soir pour que le match s’emballe. Et comme souvent Porte d’Auteuil, c’est Nene qui s’illustre le premier sur coup-franc, sans toutefois pouvoir trouver Ibrahimovic, en embuscade (5e).

A peine le temps de souffler que l’on retrouve cette fois les Catalans à 80 mètres de là. Sur le flanc droit, Alexis Sanchez adresse un centre millimétré plein axe à Rafinha. Le Brésilien s'infiltre dans la défense parisienne d'un contrôle de la poitrine orienté et enchaîne par une frappe à mi-hauteur au point de penalty. Imparable (0-1, 6e).

Illustration, s’il fallait, que face à cette très grosse cylindrée européenne, la moindre petite absence se paie cash. Pas de quoi toutefois couper l’envie aux Pastore ou autre Lavezzi, au moins aussi à l’aise techniquement que leurs vis-à-vis dans cette entame. Nene est même tout près d’égaliser quasiment dans la foulée, mais son coup-franc enveloppé vient finalement mourir à quelques centimètres de la lucarne gauche de Valdes (8e).

On le sait, l’arme offensive numéro un côté espagnol n’est autre que le Triple Ballon d’or, Leo Messi. Et dans ces 45 premières minutes, « La Pulga » va une nouvelle fois s’illustrer dans la zone de vérité. D’abord contré in extremis par Bodmer (17e),  le numéro 10 des Blaugranas est ensuite tout près de tromper Douchez, par deux fois dans un angle fermé (31e, 38e). Avertissements sans frais pour les Rouge et Bleu, d’ailleurs revigorés après ce temps fort du meilleur joueur de la planète. A la pause, le Barça vire donc en tête, mais d’une courte longueur.

Changement de visage pour le onze de la capitale après le repos, Carlo Ancelotti ayant profité de la pause pour lancer du sang neuf, notamment Sirigu dans la cage et Verratti dans l’entrejeu. Et très vite, le premier cité va se retrouver au cœur de l’action. Le temps en fait pour le FCB de bénéficier d’un penalty pour une faute pourtant inexistante de Sakho sur Alexis Sanchez (52e). En face-à-face avec le portier italien du PSG, Messi ne se pose pas de question et fait le break d’un contre-pied (0-2, 53e).

On retrouve Sirigu 120 secondes plus tard, cette fois à la parade par deux fois devant Alexis Sanchez, très en jambes à la pointe de l’attaque barcelonaise (55e). On approche de l’heure de jeu et c’est le moment choisi par les Parisiens pour passer à la vitesse supérieure. Déjà très percutant sur son flanc gauche, Lavezzi se joue de Montoya, tout juste entré en jeu, le tout dans la surface. Déséquilibré, l’international  argentin obtient à son tour un penalty (58e).

Et c’était écrit, le rendez-vous entre « Ibra » et ses nouveaux supporters devait se révéler fructueux d’entrée. D'une frappe dans le petit filet, le géant suédois s’offre donc son premier but dans son nouveau jardin (1-2, 59e) ! Avant de sortir quelques instants plus tard sous une ovation monstre (62e).

Toujours côté remplacement, Tito Vilanova lance dans la partie la colonie de Champions d'Europe barcelonais sur le terrain, emmenée par le duo Xavi Hernandez-Iniesta (63e). Et face à la colonne vertébrale majeure du onze catalan, Paris passe à l’offensive. Luyindula pour son retour au Parc, croit égaliser mais bute par deux fois à bout portant sur un Pinto inspiré (81e).

Ce n’est que partie remise, puisque dans la continuité Camara place le ballon, de la tête, hors de portée du portier espagnol sur un corner parfaitement tiré par Pastore (2-2, 82e) ! Fabregas d’une frappe lointaine met une dernière fois à contribution Sirigu (88e), avant la fin du temps additionnel. Plus rien ne sera marqué et puisqu’il faut un vainqueur, ce Trophée de Paris se jouera lors de la séance des tirs au but.

Toujours un moment fort... surtout pour Pinto, qui repousse consécutivement les tentatives de Hoarau et Gameiro ! Malgré la réduction du score d’Armand , Fabregas ne tremblera pas pour clôturer la marque. Le Barça l’emporte finalement (2-2, 4 t.a.b.1) à l’issue de 90 minutes de spectacle disputées et indécises.

Examen de passage réussi donc pour les Rouge et Bleu, à sept petits jours du coup d’envoi du championnat. Deux buts, de l’envie et déjà pas mal d’automatismes, les Rouge et Bleu auront donc tenu la comparaison face à l’un des ténors du Continent. Et quelques part, c’est déjà une victoire pour une équipe appelée elle aussi à jouer les premiers rôles…