Le premier : 1957.
Pour le 25ème anniversaire du Racing, le club parisien accueille un plateau exceptionnel : les Espagnols du Real Madrid, les Brésiliens du Vasco de Gama et les Allemands d’Essen. Le 12 juin, Vasco remporte le premier tournoi de Paris face au Real Madrid (4-3) de Kopa, Di Stefano et Gento.

La renaissance : 1975.
Après une tentative avortée en 1973 avec le Paris Football Club, le PSG et son Président Daniel Hechter décident de relance ce tournoi estival. Le succès est au rendez-vous : le PSG, renforcé pour l’occasion par la star des Pays-Bas Johan Cruyff, remplit le Parc des Princes pour la finale perdue par les Parisiens face aux Espagnols de Valence (0-1).


Le dernier : 1993.
Un but de Calderaro donne la victoire au PSG en finale contre Auxerre, devant 12 000 spectateurs. Paris remporte pour la septième fois le trophée depuis 1975.

Le plus fou : 1980.
Paris semble avoir perdu tout espoir de remporter enfin son tournoi lorsque, au bout du temps réglementaire, Bathenay égalise sur penalty. Score final : 4-4, et premier succès du PSG à l’issue des tirs au but.


Le plus déséquilibré : 1978.
Quelques semaines avant la Coupe du Monde, le PSG a invité deux sélections nationales : les Pays-Bas et l’Iran. Les « Oranje » vont survoler le tournoi, s’imposant en finale face au FC Bruges sur le score sans appel de… 7-1 !

Le plus déprimant : 1982.
On attend avec impatience les débuts de la recrue argentine des Rouge et Bleu, Osvaldo Ardiles. Pour son premier match dans la Capitale, la star du PSG rate son entrée lors de la plus grosse défaite des Parisiens, vaincus sans discussion par les Brésiliens de l’Atletico Mineiro (0-3).

Le plus trompeur : 1986.
Le Parc des Princes est debout pour acclamer son nouveau héros, Jules Bocandé. Auteur d’un quadruplé en finale contre le Sporting Lisbonne, le buteur sénégalais a marqué les esprits et la déception sera à la hauteur des espoirs suscités par cette performance. L’histoire retiendra qu’en trois matches au Tournoi de Paris, Bocandé a inscrit autant de buts qu’en deux saisons sous le maillot parisien (six buts).

Le plus rock : 1990.
De 1975 à 1993, une seule édition du Tournoi de Paris a été annulée suite à l’état de la pelouse du Parc des Princes. Le concert des Rolling Stones, quelques semaines plus tôt, n’est pas étranger à cette annulation.

Le plus symbolique : 1991.

Le 11 juillet, le PSG s’impose en finale face au Sporting Lisbonne (2-1) pour la dernière rencontre des Parisiens avec leur sponsor historique, RTL. La fin d’une collaboration débutée en 1974, dix-sept ans plus tôt.

Le plus relevé : 1975.
Cruyff et Dzazic sous le maillot parisien : la cuvée 1975 ne sera jamais égalée. Le Tournoi de Paris a permis à d’autres célébrités du football de porter à cette occasion le maillot du PSG : le Brésilien Paulo Cezar en 1978, l’Argentin de Saint-Etienne Oswaldo Piazza en 1979 ou l’ancien capitaine de l’équipe d’Angleterre, Gerry Francis en 1977.

Le plus instructif : 1985.
Gérard Houllier, le nouvel entraîneur du PSG, cherche la perle rare pour animer le flanc gauche de son attaque. Pierre Vermeulen est mis à l’essai lors du premier match du tournoi face à Saint-Etienne et va finalement signer un contrat, pour devenir un titulaire indiscutable au sein de l’équipe championne de France lors de la saison 1985-86.

Le plus catastrophique : 1987.
Paris, qui va vivre une saison difficile, finit dernier de son tournoi estival, ce qui ne lui était plus arrivé depuis 1976. La défaite face au Dynamo Zagreb (1-3) est la dernière concédée par les Parisiens, qui n’ont été battus qu’à l’issue de la séance des tirs au but en 1988 et en 1991.

Le tournoi de Paris en chiffres (depuis 1975).
72 matches (dont 36 matches pour le PSG, 19 victoires, 6 nuls, 11 défaites, 65 buts marqués, 48 buts encaissés)
Le pays étranger le plus représenté : le Brésil (13 participations) devant le Portugal (6)
Le club le plus représenté : Fluminense (4 participations) devant Saint-Etienne et le Sporting Portugal (3)

Votre place pour le Tournoi de Paris >>>

Retrouvez toutes les News Tournoi de Paris >>>