Maxwell, comment juges-tu le début de saison de l’équipe ?
« On a fait un bon début de saison, c’est certain. C’est toujours difficile de commencer sans la totalité de l’effectif, mais petit à petit on a tous pu nous entrainer ensemble. On a déjà pris des points importants en championnat, on a soulevé le Trophée des Champions, et on commence à être prêt physiquement et mentalement pour la suite de la saison. »

Une bonne dizaine d’internationaux est actuellement en sélection. Comment se déroulent les séances dans ce contexte un peu particulier, en petit comité ?
« Personnellement, j’aime travailler lorsque le groupe est au complet, car le niveau d’entrainement est alors beaucoup plus élevé, mais on connait bien ce genre de situation. On en profite pour bien se préparer physiquement, et cela peut également être envisagé comme un avantage sur le plan athlétique en ce début de saison. Bien évidemment, on en profite aussi pour donner un peu plus de notre temps à nos familles. On n’a pas forcément la pression des matches, donc on prend le temps les week-ends de rester avec nos proches, pour être frais mentalement en vue des objectifs qui nous attendent. »

Le prochain obstacle se nommera Rennes, en Bretagne. Comment envisages-tu ce déplacement ?
« C’est toujours très délicat de jouer chez eux. Physiquement, on s’attend à un match très intense. Il faudra être prêt et concentré car on ne peut pas perdre beaucoup de points. Il s’agira également de la meilleure préparation avant d’entamer la Champions League à Amsterdam, quatre jours plus tard. On devra donc tout donner, on a la qualité et l’effectif pour gagner tous les matches, on donnera 100%. »

On imagine que tu as ressenti certaines émotions à l’annonce des futurs adversaires européens avec l’Ajax et le Barça au programme, deux de tes anciens clubs…
« C’est super pour moi de pouvoir revenir là où j’ai appris et vécu de belles choses. Ce tirage a été très spécial pour moi effectivement, mais l’essentiel sera, au-delà de tout cela, de passer ce tour de phase de poules avec l’équipe. »

Que peux-tu nous dire de l’Ajax, ton tout premier club en Europe ?
« L’Ajax, et plus généralement la ville d’Amsterdam, restent dans mon cœur, car c’est là-bas que ma vie a complètement changé. J’ai beaucoup appris tactiquement sur le terrain. Ce fut également pour moi l’occasion de devenir véritablement responsable, non seulement au niveau football mais aussi dans la vie. On se rappelle parfois de bons souvenirs vécus là-bas avec Ibra, c’était une belle période. Quand je suis arrivé à Amsterdam, j’étais complètement perdu, j’étais seul, je découvrais une nouvelle langue et j’étais jeune. Cela m’a fait grandir assez rapidement. »

Le Barça, autre futur challenger, a également beaucoup compté dans ta carrière…
« Oui, le Barça a été une vraie leçon de football pour moi. Cela a aussi été une école au niveau tactique, j’y suis arrivé à un moment fantastique au niveau sportif. On a gagné beaucoup de titres, avec des performances individuelles et collectives impressionnantes. Cela reste aussi un très bon souvenir à tous les niveaux. »

Lors de la dernière confrontation face aux Blaugranas, Paris avait fait forte impression et avait manqué la qualification de très peu. Que cela t’inspire-t-il avec du recul ?
« On a prouvé au Camp Nou notamment, que l’on était très proche d’accéder au dernier carré. Dans ce match-là, on méritait même de passer à mon avis. Mais face à Barcelone, c’est compliqué de gagner à l’arrivée… En tout cas, on avait la possibilité et l’équipe pour l’emporter. Cette saison, le contexte sera différent, il s’agira d’un match de poules, mais il faudra démontrer que l’on est prêt pour aller loin dans cette compétition. »

Considères-tu le Barça ou Paris comme LE favori de ce groupe F ?
« Pour moi, il faut être concentré à l’occasion de chaque rencontre pour gagner, car c’est essentiel pour le club de passer cette phase de groupes. Cela va être très difficile, alors donner un favori ne sert à rien, il faudra matérialiser notre ambition sur le terrain. »